Accueil Politique Réconciliation nationale au Burkina: Il faut « dépasser (les) meurtrissures » (CODER)

Réconciliation nationale au Burkina: Il faut « dépasser (les) meurtrissures » (CODER)

886
1

Le porte-parole des jeunes de la Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation nationale (CODER), Mathias Ouédraogo a invité, jeudi 27 avril, les Burkinabè à « dépasser (les) meurtrissures » afin de « soulager les cœurs lourds de douleur et d’amertume », face à la presse à Ouagadougou.

Les jeunes de la CODER, pour qui la réconciliation « exige de chacun un engagement franc et sincère », affirment qu’il faut « dépasser (les) meurtrissures » mais « sans occulter la moindre once de la vérité et de justice ».

« La quête de la CODER n’est rien d’autre que la manifestation totale de la vérité, la justice vraie et équitable pour tous, afin que la réconciliation des enfants de ce pays devienne une réalité », selon M. Ouédraogo.

Pour lui, la démarche de la Coalition pour la Démocratie et la Réconciliation nationale, « ne saurait s’entendre comme un arrangement entre politiques, encore moins une tentative de se soustraire à une quelconque justice ».

La jeunesse de la CODER invite ceux qui croient devoir accuser les autres, pour cacher les responsabilités qui sont les leurs dans tout ce qui a pu diviser (les Burkinabè), à se ressaisir, car aiguiser les passions contre une partie des Burkinabè n’est pas une posture responsable et favorable à la manifestation de la vérité et l’exercice d’une justice équitable ».

Daouda ZONGO

1 Commentaire

  1. chers Jeunes, en prenez vous à vos dirigeants qui ne pas filer leur coton. l’avantage des structures c’est d’abord de tamiser les idées pour les factorisées avant toute actions communales c’est pourquoi l’interprétation dite personnelle d’ABLASSE a été une sonde qui a éclatée sinon elle transpire l’idée selon laquelle les membres de la CODER ne croient plus à l’insurrection et les causes qu l’ont engendrée . la volonté de se soustraire ou de se désolidariser des principaux auteurs de l’insurrection est aussi manifeste . sinon comment comprendre que Me Gilbert, qui a sans doute étudié les théories de la médiation, veuille passer l’idée selon la CODER voulait de la facilitation. même en mode de recul le terme Facilitation comme MESORE ( Meilleure SOlution de REchange) a été un pétard mouillé. d’autrement par lequel Me GILBERT veuille avancé pour refuser d’être auteur de l’insurrection basé la volonté du président Blaise de réviser coute que coute l’article avec ou sans l’ADF/RDA. en temps qu’auxiliaire le disponible des députés CDP obligeait la voie référendaire aux résultats incertains. l’ADF a choisi de soutenir pour privilégier la voie parlementaire pour la révision alors tous les organismes sous-régionaux avaient du BURKINA FASO un projet pilote pour la non révision des dispositions favorables à la délimitation de mandat pour la personnalisation du pouvoir ou la pérennisation d’un individu au pouvoir pour quelque motif qui soit. cette dernière partie de ce récit de la volonté des institutions régionales et sous régionales qui visaient plus Blaise COMPAORE que n’importe quel président à l’époque, vous rend plus responsable que les membres du CDP. votre offre politique n’a tenu compte des aspirations du peuple et violait l’esprit du collège de sage, et justiffit clairement votre tentative de surclasser le CHRUN, cet autre collège de sage.

Laisser un commentaire