Accueil Société Recrutement à polémiques à la CNSS: les 83 agents dénoncent « l’attitude » de la direction

Recrutement à polémiques à la CNSS: les 83 agents dénoncent « l’attitude » de la direction

645
0
Aboubakari Siri, porte-parole des 83 agents de la CNSS révoqués pour recrutement douteux

Les 83 agents dont le test de recrutement au compte de la Caisse nationale de Sécurité sociale (CNSS) a été annulé pour de présumées fraudes «seront obligés de descendre dans les locaux » de l’institution étatique pour exiger leur réintégration après que la justice burkinabè a tranché en leur faveur, selon leur porte-parole Aboubakari Siri, face à la presse. Ces ex-travailleurs de la CNSS qui avaient prix service le 3 juillet 2018 pointent du doigt le premier responsable de la Caisse, Lassané Savadogo, qui refuserait d’exécuter la décision de justice demandant leur réintégration pure et simple.

« Nous seront obligés de descendre à la CNSS pour exiger notre réintégration. Nous allons nous y rendre avec nos proches. Nous allons nous battre jusqu’au bout pour la résolution de cette affaire qui n’a que trop duré », s’est exprimé M. Siri sous les regards approbateurs de certains de ses camarades qui ont pris d’assaut la salle accueillant la conférence de presse qui vise à situer l’opinion publique sur l’évolution de ce dossier.

Pour ces ex-agents, ils disent ne pas comprendre qu’après que la justice leur a donné raison et a adressé une décision exécutoire à Lassané Savadogo, directeur général de la CNSS, celui-ci ne le fait pas. « Il n’y a aucune logique dans l’attitude de la direction générale » de la Caisse, a affirmé M. Siri qui a clairement dit que M. Savadogo « ne semble pas être de bonne foi » dans cette affaire.

« Jusque-là la direction générale de la CNSS est restée muette face à la notification du titre exécutoire ainsi qu’aux différentes initiatives visant à donner plein effet aux décisions de justice. Les 83 agents déplorent une telle attitude de l’administration de la CNSS qui semble, à travers une telle posture, se placer au-dessus de la loi burkinabè », a-t-il insisté.

Les conférenciers invités à la patience ont dit avoir « fait plus de dix mois dans la négociation avec la CNSS », or, certains de leurs camarades se sont même endettés pour payer leur préavis de démission à leur ex-employeur. Ils disent avoir aussi, dans cette affaire, saisi Le Médiateur du Faso et le Haut Conseil de la Réconciliation et de l’Unité de nationale (HCRUN) pour des raisons de « conciliation et les médiations ».

Au regard de tout ce qui a été évoqué, l’ensemble des 83 agents, se disant « déterminés » à lutter pour être rétablis dans leur droit tiennent à « décrier l’injustice sociale dont ils sont victimes. Ils regrettent le mépris de la direction générale de la CNSS à l’endroit de la justice de notre pays et l’interpellent afin qu’elle respecte et fasse honneur à l’autorité de la justice ».

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire