Accueil Monde Simone Gbagbo et la présidentielle ivoirienne: la «dame de fer» sort de...

Simone Gbagbo et la présidentielle ivoirienne: la «dame de fer» sort de sa réserve

927
0

L’ex-première dame ivoirienne, Simone Ehivet Gbagbo redonne de la voix après sa lutte victorieuse contre le coronavirus qui l’avait «coupée» du monde pendant deux mois. Ce mardi 11 août 2020, à Abidjan, l’épouse de l’ex-président Laurent Gbagbo, a estimé, entre autres, face à la presse, que la candidature d’Alassane Ouattara pour la présidentielle de 2020, est une «violation de la Constitution».

«L’heure est grave. La Côte d’Ivoire, notre pays est aujourd’hui à la croisée des chemins. L’avenir s’assombrit de plus en plus», s’est inquiétée Simone Gbagbo qui a donné sa lecture de la situation politique ivoirienne, après l’annonce du président Alassane Ouattara de se présenter à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020, lors de son adresse aux Ivoiriens à l’occasion de la commémoration des 60 ans d’indépendance du pays.

La Constitution ivoirienne «actuelle interdit» à M. Ouattara de «se présenter à la présidentielle une troisième fois. Donc la candidature de monsieur Alassane Ouattara n’est pas recevable. C’est ce qui doit être et rien d’autre. Un chef de l’Etat ne peut pas se dédire devant la nation», a déclaré la «dame de fer».

«Je comprends donc la vague de mécontentement et de protestation observée par les hommes, les femmes et les jeunes dans plusieurs villes de la Côte d’Ivoire. Je comprends la frustration de nos concitoyens», a-t-elle enchaîné avant d’inviter par conséquent les forces de l’ordre «à encadrer les différentes manifestations des populations».

L’ex-première Dame s’est aussi prononcée sur la situation de son époux qui est toujours bloqué à Bruxelles en Belgique malgré son acquittement. Pour Simone Gbagbo, les arguments juridiques évoqués par le pouvoir d’Abidjan pour retirer le nom de l’ancien chef de l’Etat de la liste électorale sont «très discutables».

C’est pourquoi, elle «demande au chef de l’Etat de prendre une loi d’amnistie pour rendre éligible Laurent Gbagbo. Que ce dernier (Gbagbo) décide de candidater ou pas, qu’il soit éligible», a souhaité Simone Gbagbo qui a invité par ailleurs M. Ouattara, à «délivrer» à Laurent Gbagbo «un passeport diplomatique car il y a droit».

«En 2010, Alassane Ouattara n’était pas éligible (à la présidentielle) mais pour sauver la paix et l’unité de la nation, Gbagbo est passé outre en prenant une ordonnance spéciale le rendant éligible», a-t-elle rappelé.  

La conférencière a, en outre, demandé aux autorités politiques ivoiriennes de «libérer les prisonniers politiques et militaires» et de «travailler au retour des milliers d’exilés». Mme Gbagbo n’a pas manqué de plaider pour que les noms de Charles Blé Goudé et «pourquoi pas» de Guillaume Soro soient réinscrits sur la nouvelle liste électorale, d’où ils ont été biffés, tout comme celui de Laurent Gbagbo.

Enfin, elle a demandé une unité d’action des forces vives du pays en vue d’œuvrer à la consolidation de la paix qui est «encore fragilisée». «Bâtissons ensemble une Côte d’Ivoire forte, juste, apaisée et réconciliée avec elle-même», a conclu Simone Ehivet Gbagbo.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire