Accueil Société Situation au MINEFID: le Brassard noir annonce un mouvement pour interpeller les...

Situation au MINEFID: le Brassard noir annonce un mouvement pour interpeller les agents

1042
0
Les responsables du mouvement Brassard noir

Le mouvement le Brassard noir, une Organisation de la société civile burkinabè (OSC), a annoncé ce vendredi 19 avril 2019, face à la presse à Ouagadougou, qu’il compte organiser le 3 mai prochain, avec d’autres Organisations notamment des marchés et Yaars de la capitale, un mouvement de protestation pour dénoncer la lenteur et le manque de service du ministère de l’Economie et des Finances qui serait causé par des agents.

« Le 3 mai prochain, avec d’autres OSC de la société, nous allons marcher pour interpeller nos frères financiers de reprendre le travail et de ne pas tuer l’économie. Leur mouvement n’est pas contre l’Etat ou le gouvernement mais contre nous les populations », a affirmé le président du Brassard noir, Boukari Conombo.

Pour lui, si c’était une grève contre le gouvernement, ces agents devraient « délivrer gratuitement » les différentes attestations, aux usagers des services des impôts, « pour faire mal au gouvernement ». « Mais vous refusez de nous donner les attestations pour nous empêcher de faire nos affaires », a-t-il regretté avant de les interpeler « pour qu’ils reviennent à la raison pour qu’ensemble (on) construise (le) pays ». De façon générale sur la fronde sociale qui paralyse les services administratifs, le mouvement appelle aux « différents syndicats, les partis politiques sérieux et républicains, les OSC, les autorités coutumières et religieuses et les leaders d’opinion » à une « union sacrée et à une synergie d’action pour que le Burkina Faso soit une terre de paix et de sécurité ».

Le mouvement Brassard noir s’est aussi intéressé à la lettre que l’ex-président Blaise Compaoré a envoyé à l’actuel chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. Le mouvement se dit « méfiant » de cette lettre de M. Compaoré qui s’est dit disposé à aider le locataire de Kosyam dans la lutte antiterroriste, après « quatre ans d’attaques terroristes ignobles qui ont coutées la vie à plus de 300 Burkinabè ». Selon M. Conombo, « c’est une lettre piège donc (il) faire très attention ». « Il est disposé à aider le Roch Marc Christian Kaboré à combattre le terrorisme mais n’est pas disposé à répondre devant la justice. Nous ne sommes pas d’accord », a-t-il lancé.

Boukari Conombo, président du mouvement Brassard noir

Le Brassard noir dit être « très reconnaissant » à Blaise Compaoré « mais pense que la meilleure manière (pour lui) d’aider Roch Kaboré à lutter efficacement contre le terrorisme serait de remettre le matériel et les pickups de ses amis terroristes et leur demander de ne plus attaquer le Burkina Faso ».

Depuis le dernier remaniement ministériel et les différents changements au niveau de l’autorité militaire, « il y a lieu de s’en féliciter car, les lignes ont beaucoup bougés concernant la lutte contre le terrorisme », a poursuivi Boukari Conombo, pour qui, « la région de l’Est qui était devenue un nid de terroristes, a été sécurisée en si peu de temps et les ratissages de nos Forces de défense et de sécurité (FDS) contribuent  à la pacification de cette partie de notre territoire ». Selon le Brassard noir, « le constat est clair : les écoles fermées ont été rouvertes, les populations déplacées ont rejoint leurs terres en un mot la vie à reprit son cours normal. Les mesures prises par le gouvernement ont produit les résultats attendus pour le grand bonheur des populations ».

Toutefois, s’il est vrai que l’opération « Otapuanu » a été une « réussite, il reste que des foyers  de résistants terroristes demeurent sur d’autres parties du territoire national », a déploré le président Conombo qui a lancé un appel aux autorités gouvernementales et militaires afin que la région du Sahel « plus particulièrement les localités de Djibo et de Arbinda puissent également bénéficier d’une telle opération d’envergure au grand bonheur des populations ». Face à la menace terroriste qui a engendré des crises communautaires, pour le Brassard noir, « il est clair que le Burkina Faso est confronté à une déstabilisation politique et militaire et non à du terrorisme car le déroulement du procès du putsch manqué (du 16 septembre 2015) et les révélations des anciens terroristes nous en donne assez d’information ». C’est pourquoi, il a interpellé le gouvernement à « veiller, prévenir et à anticiper afin de gérer efficacement les crises communautaires ».

Quant à la réconciliation nationale qui est d’actualité au Burkina, Boukari Conombo et ses camarades pensent que le Dr Ablassé Ouédraogo, président du parti le Faso Autrement,  « veut utiliser honteusement (le sujet) comme fonds de commerce ». A les en croire, d’autres OSC et partis politiques dont la Coalition politique (CODER) dirigée actuellement par Ablassé Ouédraogo, « iront jusqu’à lier le terrorisme et les exilés volontaires à la réconciliation nationale, comme si la réconciliation nationale se décrétait ».

C’est pourquoi, le mouvement né en 2014 pour réclamer la justice pour le juge Salifou Nébié, mort dans des conditions troubles le 24 mai de la même année, dit « qu’on ne peut pas veiller à faire rentrer des gens qui se sont exilés volontairement. La situation devient beaucoup plus complexe s’ils (exilés) ne souhaitent pas eux-mêmes rentrés au pays », a-t-il conclu.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire