Accueil Editorial Tchad : Deby fait le ménage!

Tchad : Deby fait le ménage!

1469
0
Idriss Deby Itno, s'est trouvé de nouveaux talents de nettoyeur (Ph. afriqueeducation.com)

Idriss Deby Itno aurait-il enfin pris conscience que malgré ses richesses naturelles, notamment le pétrole, le Tchad ne goûtera jamais aux délices du développement, si le pays reste englué dans la mal gouvernance ? Tout porte à le croire, car le chef de l’Etat tchadien, s’est saisi de son balai pour nettoyer les écuries d’Augias. La campagne de salubrité entreprise par l’homme fort de N’Djamena a déjà emporté de gros bonnets de l’establishment politique tchadien dont les deux derniers en date sont deux vieux briscards de la sphère décisionnelle. Plusieurs fois détenteurs de postes dans l’exécutif tchadien, David Houdeingar Ngarimadem, ancien secrétaire général de la présidence et fraîchement dessaisi du portefeuille des Mines et de la géologie et Hamid Mahamat Dahalob, déchargé sans ménagement du maroquin de l’Aménagement du territoire, viennent d’apprendre à leurs dépens que le courroux du chef ne peut qu’être dévastateur.  Car, même s’ils ont été limogés sans motifs officiels, des « sources généralement bien informés », comme les désigne le jargon journalistique, révèlent qu’ils ont été épinglés par le rapport de l’Inspection générale de l’Etat. Seront-ils poursuivis par la justice, qui leur fera rendre gorge, auquel cas Deby serait allé jusqu’au bout de sa logique d’assainir la vie publique dans un pays où, comme ailleurs en Afrique, la corruption et le détournement des deniers publics ont mis l’économie en lambeaux? Ou alors iront-ils jouir tranquillement de leurs fortunes amassées à la sueur du front des populations pliant et croulant sous le joug du dur labeur quotidien et spoliées de leurs efforts par des bandits à col blanc ? Les jours à venir et la régularité ou non du nettoyeur en chef le diront.

En attendant la prochaine pêche de gros, les deux désormais anciens ministres sont allés grossir les rangs de plusieurs responsables de leur acabit qui sont déjà passés dans l’impitoyable broyeuse de Deby. Si l’action du chef de l’Etat tchadien doit être saluée à sa juste portée, il n’en demeure pas moins qu’elle arrive un peu tard, dans la mesure qu’elle n’intervient qu’au moment où le Tchad est confronté à une importante crise économique ayant pour cause la chute des prix du pétrole, sa source de richesse principale. Qui pis est, ce pays surnommé « le cœur mort de l’Afrique » à cause de son enclavement et de son climat particulièrement désertique subit aussi les dures réalités du long règne de Idriss Deby Itno, très peu enclin, pour ne pas dire allergique à l’alternance depuis qu’il a accédé à la présidence de son pays par un coup de force en 1990. Certes, il s’est fait une virginité par les urnes, troquant le treillis contre le boubou blanc. Mais les élections en Afrique étant toujours gagnées par ceux qui les organisent, celles du Tchad, un pays coutumier de transmission du pouvoir par les armes, ne déroge pas à la règle. Elles ont toujours reconduit l’indéboulonnable Deby qui est même devenu très fréquentable, compte tenu de sa forte implication dans la lutte anti-terroriste. La France qui l’avait aidé à conquérir le pouvoir, à le garder «miraculeusement» alors qu’il l’avait presque perdu en février 2008 sous la puissance de feu d’une rébellion décidée, ne se plaint d’ailleurs pas de cette incongruité sur la carte démocratique que l’Afrique essaie de se tailler.

Coup de pub pour dirigeant en quête de «remontada» dans l’estime de son peuple ou véritable volonté de lutter contre la mal gouvernance? Difficile de répondre à ces interrogations surtout quand la plupart des grosses prises de Deby sont assimilées à des victimes de lynchage politique. De plus, comme le dit cette parole biblique devenue proverbe, Idriss Deby Itno devrait faire attention à la poutre qui se trouve dans son œil avant de fixer la paille qui se trouve dans l’œil de ses collaborateurs. Pourvu que le balai de Deby ne perde pas des brindilles en route et que le nettoyage aille jusqu’au bout, en n’épargnant personne, même pas les membres de la famille du balayeur qui lui aussi doit songer à balayer devant sa port!

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire