Accueil A la une Togo: les femmes prennent le pouvoir!

Togo: les femmes prennent le pouvoir!

542
0
La première femme Premier ministre togolais, Victoire Tomegah-Dogbé

Taafé fanga ou le pouvoir de pagne. C’est le titre d’un film africain, du réalisateur Adama Drabo, dans lequel les femmes montrent toute leur puissance, lorsqu’elles décident de prendre les choses en main. Au Togo, la réalité a pris le pas sur la fiction et ce sont trois femmes, qui ont pris des postes de responsabilité important, en attendant peut-être de prendre un jour le gouvernail de la nation. Si affinités! Après, Yawa Tségan Djibodi, 47 ans, élue première femme présidente de l’Assemblée nationale, le Togo vient de confirmer la série des premières, en accueillant, comme première femme, Premier ministre, l’ancienne directrice de cabinet du président de la République, Victoire Sidémèho Tomegah-Dogbé, 51 ans. Les surprises ont choisi de se conjuguer au féminin ce lundi 28 septembre car, avant la nomination de la cheffe du gouvernement, c’est Sandra Ablamba Johnson qui prenait les clés du Secrétariat général de la présidence de la République.

Les femmes ont donc franchi un palier de plus dans leur ascension vers la cime du pouvoir, et ce n’est pas rien, dans un Togo, où la politique, à un certain niveau est restée longtemps, trop longtemps peut-être, l’affaire des seuls hommes. Si Faure Gnassingbé a pris cette option, qui pourrait bien être la bonne, les femmes étant reconnues, à quelques rares exceptions, comme d’excellentes gestionnaires, rigoureuses, et parfois sans état d’âme, dans le sens positif, il faut juste espérer que les intéressées parviennent effectivement à donner de nouvelles couleurs au Togo, qui n’a que trop subi les égos d’hommes politiques souvent impulsifs et parfois très peu à cheval sur l’orthodoxie financière.

Le président togolais, s’il n’est pas juste guidé par un simple effet de mode nommé genre, a peut-être trouvé la voie pour impulser, ou tout au moins faire essayer, au Togo, une nouvelle dynamique où la légendaire touche féminine, faite d’anticipation et de tempérance, serait un atout pour le développement d’un pays qui peut se donner les chances de retrouver sa place de «Suisse de l’Afrique de l’ouest», qu’elle occupait si bien, il y a quelques décennies.

Du reste, si les célèbres «Nana Benz» ont longtemps trôné à la tête d’empires bâtis essentiellement sur le commerce, jadis très prospère, des pagnes WAX, ce ne sont pas les nouvelles amazones de la politique, qui ne sauront pas tirer leur épingle du jeu. Un jeu que devront jouer les «mâles», en ne se mettant pas dans une posture de rivalité, et en se débarrassant surtout de ce complexe suranné et éculé de supériorité de l’homme, qui a fait de l’Afrique, et même du monde, cette société fortement phallocrate, qui a toujours réservé à la femme, sa place de choix, que derrière les fourneaux ou à la «fabrique» des enfants.

En tout cas, les prochaines cérémonies officielles sont très attendues, avec Faure Gnassingbé, entouré de «ses» femmes qui ne devraient pas s’en laisser conter, mais doivent plutôt bien «attacher le pagne» pour relever les challenges de développement et de renforcement du processus démocratique qui sont ceux du Togo.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire