Accueil A la une UEMOA: harmoniser les statistiques des pays membres

UEMOA: harmoniser les statistiques des pays membres

671
0
Le commissaire en charge du département du Développement de l’entreprise ; des mines, de l’énergie et de l’économie numérique, Fily Bouaré Sissoko (milieu), et le directeur général de AFRISAT, Cosme Vodounou (à droite)

Dans l’objectif d’assurer le suivi des politiques économiques, l’Union économique et monétaire Ouest-africaine cherche à harmoniser les statistiques des pays membres afin d’assurer la comparabilité des performances des Etats dans le temps et dans l’espace. Pour ce faire, elle a diligenté une enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel, dont les résultats ont été présentés, au cours d’un atelier le 5 décembre 2019 à Ouagadougou.

Réalisée dans les huit pays de l’espace UEMOA, l’enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel a porté sur le marché de l’emploi, les conditions d’exercices du secteur informel et ses performances, l’appréciation de la gouvernance, paix et sécurité par les populations de l’Union. Elle a été financée sur ressources propres de l’UEMOA, à hauteur de 10 milliards de F CFA, avec à la maitrise d’ouvrage délégué AFRISAT, un observatoire économique et statistiques pour l’Afrique sub-saharienne.

Selon le directeur général de AFRISAT, Cosme Vodounou, l’enquête a été réalisée « à partir d’un sondage probabiliste aréolaire à deux degrés avec stratification au premier degré dans les huit pays Etats membres de l’UEMOA ». Il explique que la zone UEMOA a environ 120 millions d’habitants. Parmi ceux-ci, un peu plus de la moitié (55,8%) est sans niveau d’instruction. L’enquête a révélé que le taux de chômage dans l’espace UEMOA est, en moyenne, de 4,0% . Aussi, « environ un tiers des travailleurs perçoivent une rémunération inférieure au SMIG.

Photo de famille entre participants et autorités

A propos de la démocratie, gouvernance, paix et sécurité, deux personnes de 18 ans et plus sur trois (65%) sont satisfaites du fonctionnement de la démocratie et le respect des droits de l’homme », a expliqué M. Vodounou.

Le commissaire en charge du département du Développement de l’entreprise ; des mines, de l’énergie et de l’économie numérique, assurant l’intérim de son collègue du département des politiques économiques et de la fiscalité intérieure, Fily Bouaré Sissoko qui  a présidé l’ouverture de l’atelier, a estimé que « les statistiques sont un outil important d’aide à la décision ». Elle précise qu’il est important d’avoir des bases de données fiables, d’où cette étude.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire