Accueil Société Union nationale des Associations de parents d’élèves : Que les syndicats « mettent un...

Union nationale des Associations de parents d’élèves : Que les syndicats « mettent un peu d’eau dans leur vin »

L'union nationale des Associations de parents d'élèves avec son président (2e à gauche) a été reçue par le Premier ministre (2e à droite)

L’Union nationale des Associations de parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso, par la voix de son président, Hector Ardent Raphael Ouédraogo, à la sortie d’une audience avec le Premier ministre ce 2 janvier, a souhaité « que les syndicats de l’Education mettent un peu d’eau dans leur vin » pour une sortie de crise qui a secoué le secteur jusqu’aux congés de premier trimestre.

« Nous avons rencontré la coordination des syndicats de l’Education avec qui nous avons partagé nos inquiétudes quant à une année blanche  et nous leur avons dit qu’il faut qu’ils mettent un peu d’eau dans leur vin pour éviter que les issues soient dommageables », a déclaré le président de l’Union nationale des Associations de parents d’élèves du secondaire et du supérieur du Burkina Faso, par la voix de son président, Hector Ardent Raphael Ouédraogo. Aussi, les parents d’élèves ont échangé avec le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba sur les grèves répétées et l’incivisme en milieux scolaire et estudiantin. Ils disent avoir fait comprendre à Paul Kaba Thiéba, leurs inquiétudes au regard des grèves, des sit-in et marches dans les écoles et universités.

A les en croire, ils ont aussi entrepris des actions dans les 13 régions où ils ont rencontré les APE de base, « dans le sens de l’apaisement pour la reprise des cours scolaires et universitaires ». Ces démarches répondent à leur désir de voir, selon leurs mots, « la rentrée du 4 janvier sereine afin que les cours reprennent et qu’il y ait des évaluations et que les choses reviennent leur cours normal », a formulé M. Ouédraogo.

Et en retour, ils ont affirmé que le Premier ministre a promis de faire ce qui est en son pouvoir pour la situation se normalise. Il a assuré que le dialogue n’est pas rompu avec les syndicats.

Après plusieurs mouvements qui n’ont pas permis la satisfaction de leurs doléances, la coordination des syndicats de l’Education a transmis un président du Faso, un préavis de 72h de grève à partir du 8 janvier à venir.

Par Boureima DEMBELE

Laisser un commentaire