Accueil A la une Ville nouvelle de Yennenga: les Lions et CGE Immobilier mobilisés pour la...

Ville nouvelle de Yennenga: les Lions et CGE Immobilier mobilisés pour la protection de l’environnement

Le coordonnateur de l'équipe mondiale de service du District 403 A3, Harouna Nikièma, plantant son arbre

Les membres du Lions club international ont mis, le samedi 17 juillet 2021, sous terre, 300 plants composés uniquement des espèces locales dans la Ville nouvelle de Yennenga, dans le but de renforcer le cadre de vie de la cité futuriste de la Compagnie Générale des Entreprises (CGE) Immobilier, située à la sortie Sud-est de Ouagadougou. Cette action, « empreinte à la fois d’un esprit écologique et d’un souci d’embellissement, contribuera sans nul doute à rendre l’air respirable pour tous les habitants de la Ville nouvelle de Yennenga », a salué le Président Directeur Général (PDG) de CGE Immobilier, Saïdou Tiendrébéogo, parrain de l’activité.

Plusieurs dizaines des membres du Lions club international ont répondu massivement présents à l’appel du comité d’organisation de l’association qui par cette activité lance sa série de reboisements qui s’étalera sur les mois de juillet et août. Après avoir observé une minute de méditation, chanté les hymnes Lions, suivi d’une série d’allocutions, les Lions et Léos, ont suivi la démonstration sur comment bien planter un arbre. C’est alors que munis de pelles et de dabas, en solo, duo ou en groupe, dans une ambiance bon enfant, les Lions et Léos ont procédé à la mise en terre de 300 plants.

Cette action contribuera à rendre « l’air respirable » tout en offrant des « espaces de rencontres et de brassage »

Le PDG de CGE Immobilier, Saïdou Tiendrébéogo, parrain de l’activité, a signifié que cette action du Lions club international, est « empreinte à la fois d’un esprit écologique et d’un souci d’embellissement, qui contribuera sans nul doute à rendre l’air respirable pour tous les habitants de la Ville nouvelle de Yennenga tout en leur offrant des espaces de rencontres et de brassage». Cette opération rencontre la vision écologique que M. Tiendrébéogo a de la Ville nouvelle de Yennenga, qui se veut être une ville verte.

Le PDG de CGE, Saïdou Tiendrébéogo plantant son arbre

Ce reboisement vient confirmer que CGE Immobilier est une entreprise soucieuse d’un environnement sain pour ses clients en ce sens que cette activité vient compléter d’autres actions similaires. « Il y a deux ans de cela, nous avions organisé une opération de plantation d’arbre dans la ville nouvelle de Yennenga. Il y a trois semaines, c’était 200 arbres que nous mettions en terre dans les rues de la Cité Baobab », a rappelé M. Tiendrébéogo, poursuivant qu’au cœur de la ville nouvelle de Yennenga, pour davantage offrir un cadre idéal de vie aux habitants de la cité et embellir la ville, la société prévoit « un parc linéaire d’à peu près deux kilomètres de long sur une largeur de 300 mètres qui va être complètement aménagé de manière paysagère ». « C’est ce que nous appelons le parc linéaire de la Ville nouvelle de Yennenga », a-t-il dit.

CGE Immobilier a également, dans le cadre des discussions que la société a eues avec le ministère en charge de l’Urbanisme qui l’accompagne dans ses actions, « identifié des terrains pour abriter ce qui sera des espaces verts », a informé son PDG qui a saisi l’occasion, au nom de sa société citoyenne, pour « offrir » au gouverneur Monhamed Compaoré, sous son mandat, « une villa d’une valeur de 12 millions de FCFA en faveur des Lions ».

Le gouverneur du District 403 A3 du Lions club international, Monhamed Compaoré

Il a remercié la grande famille Lion d’avoir bien voulu choisir son site pour abriter leur campagne de reboisement. « Comme vous l’avez constaté, je suis moi-même Lion. Et à partir du moment où ils nous ont approchés pour signifier leur intention de venir planter des arbres chez nous, on a trouvé que c’était une très belle proposition et que c’était la bienvenue », a-t-il apprécié tout en réitérant que la Ville nouvelle dans sa conception et sa vision accorde une importance capitale pour le végétal.

Œuvrer tous ensemble pour protéger l’environnement

Le gouverneur du District 403 A3, Monhamed Compaoré, a salué les efforts du comité d’organisation pour la réussite de cette activité annonçant déjà les couleurs des actions de service de son association qui seront déroulées au cours de son mandat.

Le PDG de la Compagnie Générale des Entreprises (CGE), Saïdou Tiendrébéogo

«CGE Immobilier a eu cette formidable idée futuriste, elle a rêvé d’une ville adaptée aux besoins de ses habitants, une ville moderne, une ville qui permet de voyager tout en restant au Burkina », a déclaré M. Compaoré qui a conclu donc que « CGE Immobilier veut offrir aux habitants de cette ville, un cadre agréable où il fait bon vivre, où on respire de l’air pur ».

Les ambitions de CGE Immobilier et du lions club, mises ensemble, regardent dans la même direction à savoir la recherche du bien-être des communautés. C’est ce qui justifie cet engouement des membres des deux organisations qui ont mis les petits plats dans les grands pour que cette activité soit un succès, a-t-il laissé entendre.

Le directeur général adjoint de CGE Immobilier, Brahima Ouattara

Le Lions club international est une association présente dans «plus de 200 pays et nous sommes un effectif de plus 1 400 000 membres», a précisé le gouverneur du District 403 A3, Monhamed Jean Innocent Compaoré. Il a poursuivi en révélant qu’elle est la plus grande association philanthrope de la planète qui travaille dans cinq domaines prioritaires dont l’environnement compte « 48 000 clubs à travers le monde».

« Nous savons qu’il nous faudrait œuvrer tous ensemble pour protéger notre planète, ce qui passe par la protection de l’environnement », a rassuré M. Compaoré, annonçant qu’il y aura plusieurs autres activités de reboisement de l’association. Les Lions et Léos ont ainsi assisté au lancement de cette activité effectuée par le District composé de « 56 clubs actifs » et donc qui vont « poursuivre » ces activités de plantation durant toute la saison des pluies, a noté leur premier Représentant.

« Nous avons lancé le défi de planter uniquement que des espèces locales » sur la Ville nouvelle de Yennenga

Cette plantation a été faite sur deux sites dont « un bosquet et un jardin botanique », a précisé le coordonnateur de l’équipe mondiale de service, Harouna Nikièma qui a déclaré : « Nous avons lancé le défi de planter uniquement des espèces locales sur ces deux sites».

Fanta Nacro, présidente du comité d’organisation de l’activité de reboisement sur la Ville nouvelle Yennenga

Pour cette plantation constituant le lancement des activités de l’association, elle va durer les mois de juillet et août. Comme bilan, les organisateurs se disent « très heureux » parce que les Lions ont répondu massivement à l’appel. M. Nikièma a affirmé que «le parrain qui est très enthousiaste a mis les moyens pour qu’on puisse planter les arbres dans de très bonnes conditions».

Il a souligné que cette année, l’association a mis l’accent sur l’entretien des arbres. « Il ne s’agit pas seulement de planter un arbre mais il faut aussi l’entretenir », a-t-il insisté avant de compléter que les Lions du District 403 A3 en tant que leaders qui impactent « fortement (leurs) communautés dans le domaine de l’environnement », veulent marquer cette initiative avec l’opération du jour dénommée: «Je plante un arbre et je l’entretiens».

Les Lions et Léos mettant sous terre les plants à la cité Yennenga de CGE Immobilier

Selon le coordonnateur de l’équipe mondiale de service de Lions club Burkina, l’objectif global de la journée est de susciter une mobilisation générale de toutes les couches socio-professionnelles pour la restauration des forêts et des terres dégradées du Burkina Faso. « Il s’agit plus spécifiquement de créer un engouement populaire pour la plantation, l’entretien et la protection des plants mis en terre », a indiqué Harouna Kaboré.

Cette activité pour lui, vise également à « magnifier l’arbre pour ses multiples fonctions de services socio-économiques et culturels, reconnaître et récompenser les acteurs intervenants dans le domaine de la préservation des ressources forestières». Après ce lancement, tous les clubs Lions du Burkina Faso devront à leur tour planter des arbres dans leurs bosquets respectifs de préférable des espèces locales, a-t-il invité, notant que le bilan de la campagne 2020 indiquait que sur « 100 000 arbres d’espèces locales plantées dans les différents sites des treize régions, l’on enregistre un taux de réussite de 75%».

Il a rappelé que le service du District intervient dans les domaines de l’environnement, du cancer infantile, du diabète et de la lutte contre la faim.

« Planter un arbre c’est se donner cent ans de vie »

Pour la résidente du comité d’organisation de l’activité dénommée « District 403 A3 en action, le 17 juillet, je plante un arbre je l’entretiens », Fanta Nacro, cette période est dédiée à la préservation et à la protection de l’environnement.

« Quand il est question d’arbre », a-t-elle signifié, « il est d’emblée question de vie car planter un arbre c’est se donner cent ans de vie ». « C’est pourquoi, il est magnifique, le geste de planter. C’est pour nous Lions du Burkina Faso, une occasion de magnifier la place et le rôle de l’arbre dans tous ses bienfaits pour notre communauté », a affirmé Mme Nacro.

La ministre en charge de la Justice Victoria Ouédraogo Kiboria plantant son arbre

Elle a souhaité que les arbres plantés par les Lions et Léos soient le symbole de leur engagement pour une meilleure vie en société. « Je voudrais que ces arbres soient entretenus et que chacun et chacune d’entre nous en fasse du service après-vente. Souvenez-vous de ces arbres et protégez-les », a-t-elle exhorté.

« Planter des arbres c’est donner des poumons à la terre »

Le directeur général adjoint de CGE Immobilier, Brahima Ouattara, a remercié les Lions du Burkina Faso pour leur choix porté sur le site de la Ville nouvelle de Yennenga, une ville moderne adaptée au développement durable. « Planter des arbres, c’est donner des poumons à la terre. Organe sans lequel respirer n’est pas possible. Autrement dit, vivre est impossible », a déclaré M. Ouattara.

Une vue d’une banderole de l’activité

Il a fait une brève présentation de la Ville nouvelle de Yennenga aux membres de l’association de Monhamed Compaoré. A l’entendre, cette ville est née de la volonté d’un homme, le PDG de CGE, Saïdou Tiendrébéogo, qui « a souhaité ce projet futuriste pour le Burkina Faso, afin de faire rêver les Burkinabè, de permettre à tout un chacun de pouvoir voyager tout en étant au Burkina Faso».

M. Ouattara a continué en disant que ce projet a été initié en 2014 à la faveur du succès que CGE a eu avec le projet de Bassinko où la société « a construit environ 1 000 logements ».

La Ville nouvelle comme son nom l’indique est une ville qui va comporter toutes les aménités pour vivre dans un cadre agréable. C’est une ville qui s’étale sur « environ 700 hectares » et à termes, c’est « plus de 20 000 logements » que CGE Immobilier va construire, soit « environ 100 000 habitants ». « Pour vous donner une idée, c’est une ville de la taille de Koudougou », a-t-il signifié.

Selon ses propos, le projet est « entré dans sa phase opérationnelle en 2016 ». Il va se dérouler sur plusieurs phases pour une dizaine ou une quinzaine d’années. Les travaux de la première phase concernent environ 25% du site, soit à peu près «200 hectares » où 40 kilomètres de rues ont été déjà réalisés. La société a aussi emmené l’électricité, l’eau, autrement dit, rendre viables toutes les parcelles qu’elle a pu dégager pour cette première phase-là, a confirmé dans ses propos, Brahima Ouattara.

Une vue des villa sur le site de la Ville nouvelle Yennenga

«Nous allons trouver dans la Ville nouvelle de Yennenga en plus des logements évidemment, des résidences, des centres commerciaux, un grand parc d’attractions, parce que nous souhaitons que les Burkinabè puissent voyager tout en étant au Burkina Faso », a martelé Brahima Ouattara. Il a ajouté que CGE Immobilier va ériger dans cette cité, « une tour de 140 mètres de hauteur environ qui va abriter les sièges des grandes sociétés et un restaurant gastronomique qui permettra de voir tout l’environnement autour de Yennenga».

Depuis 2016, « une cinquantaine de famille est actuellement résident de la Ville nouvelle de Yennenga ». La société compte aujourd’hui environ « 5 000 clients qui ont fait confiance à CGE Immobilier », a soufflé M. Ouattara pour qui, le succès de la première phase du grand Yennenga a vu une extension au Sud de la cité avec la création du projet dénommé « Cité Baobab ». Un projet d’environ 3 000 logements qui s’inscrit dans le programme national de construction de logements de l’Etat Burkinabè.

CGE Immobilier va « apporter (sa) contribution à hauteur de 8% du nombre de logements total souhaité par l’Etat ». « Ce projet aussi a démarré en 2019 et aujourd’hui, les premiers habitants de la Cité Baobab ont pu aménager et sont actuellement sur le site», selon les affirmations du directeur général adjoint de CGE Immobilier, Brahima Ouattara, félicitant son personnel pour sa mobilisation.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire