Accueil A la une Violation de données à caractère personnel: «Environ 855 plaintes traitées en 2020»...

Violation de données à caractère personnel: «Environ 855 plaintes traitées en 2020» (CIL)

La Présidente de la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), Marguerite Ouédraogo (Ph. SIG)

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) au Burkina Faso a traité en 2020 «environ 855 plaintes» liées à la violation des données à caractère personnel, a déclaré, le lundi 6 septembre 2021 face à la presse à Ouagadougou, sa président Marguerite Ouédraogo Bonané.

Plusieurs plaintes sont reçues à la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), à la suite de violations de données à caractère personnel, informe la première responsable de l’institution Marguerite Ouédraogo Bonané qui a confié avoir traité environs 855 plaintes en 2020.

«Ces plaintes sont, la plupart du temps, liées à leurs activités sur internet et les réseaux sociaux», a affirmé Mme Ouédraogo. «Il est important de souligner que la violation des droits des personnes sur le Net a pris de l’ampleur, surtout avec la digitalisation des services», a-t-elle poursuivi soutenant qu’ «avec l’usage abusif des nouvelles technologies, les internautes volontairement ou non, exposent leurs données personnelles et leur vie privée sur la toile, sans pour autant savoir à quoi elles serviront plus tard».

En plus de l’usage abusif des nouvelles technologies que font certains internautes, il y a que des géants du web (GAFAM) ont, aussi, la main mise sur les informations qui sont postées sur les plateformes. Ceux-ci les exploitent à leur guise, à travers des services qu’ils offrent.

«Au cours de l’année 2020, la CIL, n’ayant pas un pouvoir d’investigation, a transféré à la BCLCC (Brigade centrale de lutte contre la cybercriminalité) avec qui elle est en partenariat, une centaine de plaintes relatives à l’arnaque en ligne, à l’espionnage téléphonique, au piratage des équipements informatiques, à l’usurpation d’identités, au piratage de comptes, à la diffamation sur les réseaux sociaux, au chantage à la webcam et à la divulgation des données personnelles sur les réseaux sociaux, en vue d’appréhender les auteurs de certaines infractions», a laissé entendre la président de la CIL.

Vu l’ampleur de la situation, Mme Ouédraogo a fait savoir que son institution «entend poursuivre, voir renforcer ses campagnes d’information/sensibilisation, pour engendrer un changement notable de comportements face aux aspects néfastes des nouvelles technologies sur (les) données personnelles et (la) vie privée».

La CIL est une autorité de contrôle qui a été créée en avril 2004 dans le but de protéger les données à caractère personnel. Sa mission est donc de veiller au respect des dispositions de la loi sur le sujet, notamment en informant toutes les personnes concernées de leurs droits, les responsables de traitements de leurs obligations et en contrôlant les applications de l’informatique aux traitements des données à caractère personnel.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire