Accueil Dernière Actu Winner industrie à Bobo- Dioulasso : chronique d’une usine en agonie

Winner industrie à Bobo- Dioulasso : chronique d’une usine en agonie

C’est dans une usine plongée dans le noir que nous avons été reçu à Bobo-Dioulasso. Pour cause, la SONABEL a « coupé le courant pour factures impayées ». Aussi, les agents avec qui nous avons échangé disent totaliser 9 mois d’arriérés de salaire. Un véritable problème donc ! Mais les agents estiment savoir comment sauver Winner industrie de cetteagonie.

 

Regroupés au sein de l’usine plongée dans le noir, les agents nous ont dépeint la situation actuelle que vit cette société. Aussi, ils disent que depuis un certain temps, cette société éprouve « des difficultés liées à un problème de gestion et de management ». Pour eux, il fallait prendre des décisions, mais ces décisions n’ont pas été prises à temps. Ils expliquent, en effet, que « dans les années 2008-2009, alors qu’il y avait la crise en Côte d’Ivoire, la SOFAPILE a eu des problèmes. Une demande a été adressée aux banques pour un soutien, mais celles-ci n’ont pas suivi parce qu’il y avait des pertes cumulées et la société s’est retournée vers l’Etat ».

Ils ont fait comprendre que le plan de redressement a été quelques fois présenté aux banques sans pouvoir les amener à se décider. Et selon une étude faite, il ressort que la SOFAPILE doit environ 800 millions à l’Etat. Le potentiel partenaire malien intéressé a posé la condition que ce passif avec l’Etat soit réglé. Ensuite l’étude industrielle a révélé que les outils de production sont obsolètes, du coup les besoins en investissements remontent à plus d’un milliard. Quant aux fonds de roulement, ils ont été estimés à près de 600 millions. Le calcul donne en tout un besoin d’investissement de 1 milliard 600 millions de FCFA.

Le partenaire est « prêt » à casquer les passifs avec les autres partenaires, mais il demande à l’Etat burkinabè de l’accompagner en annulant ce que la société lui doit (800 millions) et il pourra reprendre. Un document à cet effet a été envoyé, semble-t-il, à l’Etat courant novembre 2016, mais jusque-là, « il n y’a pas encore de retour ».

Les représentants des 120 permanents et 75 saisonniers de Winner industrie ont assuré, pourtant, que l’usine est rentable et ils disent s’appuyer sur les conclusions d’une étude de rentabilité qui a fait ressortir que les besoins en pile au Burkina Faso sont estimés à 80 millions de piles par an alors que l’usine produit moins de 15 millions de pile par an. « Ce n’est pas une entreprise qui a du mal à vendre ses  produits », ont-il renchéri. Et comme pour nous convaincre, ils ont ajouté que « des commerçants qui commercialisent les produits de la SOFAPILE ont même eu à préfinancer des activités ».

Mariam KANDO

Laisser un commentaire