Accueil Monde Zimbabwe: le président promet de «débusquer» ses opposants

Zimbabwe: le président promet de «débusquer» ses opposants

Le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, successeur de feu Robert Mugabe, a promis, mardi 28 juin 2022, de «débusquer» ses opposants politiques, les accusant «d’attaquer et de faire obstacle à son administration».

«Les pommes pourries qui ont tenté de diviser notre peuple et affaiblir notre système seront éliminées», a promis, le président zimbabwéen Emmerson Mnangagwa, dans un discours à la Nation, le mardi 28 juin dernier.

Il a assuré que son administration faisait face «à de nombreux obstacles et à des attaques», venant notamment «des politiques semant la discorde de certains éléments de l’opposition». «Nous surmonterons les tentatives de quelques voyous, agissant avec des détracteurs étrangers, de déstabiliser notre société», a-t-il soutenu.

Amnesty international a condamné une «chasse aux sorcières et la répression menée contre des opposants pacifiques» dans le pays. En effet, des manifestations organisées pour protester contre la corruption et la crise économique ont été interdites, vendredi par les autorités.

Plusieurs personnes ont été arrêtées, dont l’écrivaine zimbabwéenne Tsitsi Dangarembga, en lice pour le prestigieux prix littéraire britannique Booker Prize, ainsi que Fadzayi Mahere, l’avocate et porte-parole du Mouvement pour le changement démocratique (MDC, principal parti d’opposition). Elles ont été remises en liberté sous caution le lendemain.

Successeur de Robert Mugabe déchu en 2017 après plus de 35 ans au pouvoir, Emmerson Mnangagwa avait promis de relancer «une économie moribonde». Mais certains estiment que la situation est pire encore que sous l’ère Mugabe, des responsables politiques la qualifiant d’ «intenable», dénonçant «une corruption massive», une «violation de la Constitution».

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire