Accueil Société 3e édition du Prix AJB de la redevabilité et du contrôle citoyen :...

3e édition du Prix AJB de la redevabilité et du contrôle citoyen : trois candidats primés

Les journalistes Lamoussa Bazoum du « Courrier Confidentiel », Hugues Richard Sama de « L’observateur Paalga » et Simplice Zongo de « Le Reporter » ont été primés, le samedi 19 décembre 2020, dans le cadre de la troisième édition du Prix AJB de la redevabilité et du contrôle citoyen (PARCC) lancé par l’Association des Journalistes du Burkina (AJB).

La troisième édition du Prix AJB de la redevabilité et du contrôle citoyen a vu la compétition de 26 œuvres, au total, dans trois catégories, notamment, l’économie, la santé, et l’éducation.

Dans la catégorie économie, c’est Lamoussa Bazoum qui a remporté le prix pour sa production de trois pages « Commune de Ouagadougou : les folles dépenses du maire Armand Béouindé », publiée dans le Courrier Confidentiel du 10 février 2020, dans le genre Enquête.

Hugues Richard Sama, quant à lui, a été primé dans la catégorie santé, avec son reportage de quatre pages « CORONA VIRUS/ MACO : l’impossible distanciation » publiée dans L’Observateur paalga du 19 mai 2020.

Le troisième lauréat a été primé dans la catégorie éducation. Il s’agit de Simplice Zongo, pour sa production de deux pages, dans le genre Enquête : « Scandale dans les cantines scolaires à Sapouy : des vivres périmés servis dans les écoles » publiée dans le Le Reporter du 1er au 14 mars 2020.

Hugues Richard, lauréats en catégorie santé, dont la production est basée sur le coronavirus, n’a pas caché ses sentiments. Pour lui « ce prix a une saveur particulière parce que c’est un prix qui s’appelle le Prix de la Redevabilité et du Contrôle Citoyen ». « Pour un journaliste, recevoir un prix c’est toujours avec un sentiment de fierté. J’ai l’habitude de dire qu’on ne fait pas ce métier pour avoir des prix, on le fait par passion et lorsqu’on a un sujet on ne se dit jamais c’est pour compétir, on se dit je vais faire un bon sujet, je vais faire un sujet qui parle aux gens », a-t-il déclaré. « C’est le professionnalisme qui m’a amené à faire ce reportage », a-t-il poursuivi. Pour M. Sama ce prix ramène les journalistes à l’essence même de leurs métiers de journaliste qui est « de jouer le trouble-fête, et de s’assurer que tout ce qui est dit est ce qui est fait et bien fait ».

Le lauréat dans chaque catégorie a reçu « un prix composé d’une attestation, d’un trophée et d’une somme de 750 milles francs CFA ».

Un super prix…

Pour le président de l’AJB Guézouma Sanogo, le pari de cette troisième édition du Prix AJB de la Redevabilité et du Contrôle Citoyen (PARCC) est gagné. Le pari est gagné puisque d’après les propos de M. Sanogo, « l’édition a été tenue avec des lauréats qui ont été proclamés devant tout le monde ».

Si ce prix est à sa troisième édition, selon le président de l’AJB, c’est « grâce au Projet Gouvernance économique et de Participation Citoyenne (PGEPC) qui a permis de l’initier », remerciant le ministère burkinabè de l’économie et des finances qui annonce un super prix du ministère de l’économie et des finances sur les questions de redevabilités.

L’esprit de ce prix, pour M. Sanogo, c’est d’amener les journalistes à aider le gouvernement à intervenir sur « des questions à problème » dans le domaine de l’éducation, de la santé et de l’économie et de finances. « … Le gouvernement met en place des mécanismes de contrôle, mais ces mécanismes de contrôle ne peuvent pas tout voir et chaque fois qu’il y a un problème, le plus souvent les gens ont plus confiance au journaliste même que ce que le gouvernement met en place », a souligné Guézouma Sanogo. « Chaque fois que le journaliste pointe du doigt un problème, le gouvernement peut intervenir. Donc c’est de regarder et de contribuer véritablement à la transparence et à la gestion utile des ressources (…) Au-delà, il y a la question de collecte de ressource, parce qu’il y a beaucoup de gens encore, qui échappent aux impôts, surtout au niveau des sociétés », a poursuivi le président de l’AJB.

Beaucoup d’enjeux sont derrière ce prix et surtout derrière ce projet de gouvernance économique et de participation citoyenne, a-t-il précisé.

Adama Rouamba, coordonnateur du Projet Gouvernance Economique et de Participation Citoyenne (PGEPC) a traduit « à l’ensemble des journalistes les mots d’encouragements » du ministre de l’Economie, des Finances et du développement, Lassané Kaboré, pour « le travail gigantesque abattu » et a ajouté que le ministre a promis qu’à « la prochaine édition il y aura un grand prix du ministère de l’économie et des finances sur les questions de redevabilités ». Ceci, selon M. Rouamba, traduit la volonté du ministre de « faire la promotion de la redevabilité au niveau de toute l’action publique dans notre pays ».

Recommandations du jury

Le jury a recommandé à l’AJB de faire  « une plus grande promotion du « Prix de la Redevabilité et du contrôle citoyen » auprès de journalistes et des médias ; initier pour ce faire, des missions d’information dans les différentes provinces ; organiser une promotion des œuvres primées, par exemple en les diffusant ou en les publiant dans les différents médias du Burkina Faso … »

Quant aux différentes rédactions, le jury a recommandé le renforcement des « équipes d’encadrement et de correction au sein des rédactions, impliquer davantage les rédactions dans le choix des œuvres à soumettre au concours ; créer ou renforcer les desks en économie, santé et éducation, avec en toile de fond la question de la bonne gouvernance ».

Oumpounini MANDOBIGA (Stagiaire)      

Laisser un commentaire