Accueil A la une 8 mars à la BDU-BF: des banquières se saignent pour sauver des...

8 mars à la BDU-BF: des banquières se saignent pour sauver des vies

1070
0

Les femmes de la Banque de l’Union du Burkina Faso (BDU-BF), réunies au sein de leur amicale, ont organisé ce vendredi 6 mars 2020, au siège de leur institution sise au Centre-ville de Ouagadougou, une cérémonie de don de sang pour commémorer le 8 mars et par cette action répondre au besoin crucial de manque de sang qu’exprime régulièrement le Centre national de transfusion sanguine (CNTS). Ce geste «honore» la femme, a déclaré le ministre burkinabè de la Santé, Claudine Lougué/Sorgho qui a invité les responsables de la BDU-BF à inscrire leur activité dans le temps pour qu’elle ne soit pas «ponctuelle».

A l’entrée de la Banque de l’Union du Burkina Faso (BDU-BF) en cette matinée du vendredi 6 mars, était stationné le véhicule d’opération du CNTS, non pour une quelconque opération bancaire, mais pour se faire remplir son coffre-fort de sang. Car le don de sang initié par l’amicale des femmes de la banque citoyenne qui s’est déroulée au premier niveau de l’immeuble avait pour objectif d’obtenir au moins 60 poches de sang, selon les organisatrices de l’activité qui ont signifié que l’action est réalisée dans le cadre du 8 mars, la journée internationale des droits de la Femme.

Pour la ministre Claudine Lougué, «c’est un geste louable en ce mois qui honore la femme. Vous avez orienté votre action en donnant ce liquide précieux pour sauver les femmes et les enfants déplacés, pour sauver les Forces de défense et de sécurité (FDS) et tout Burkinabè ou tous les amis du Burkina», a-t-elle affirmé en adressant ses remerciements à l’amicale à l’honneur.

Le ministre burkinabè de la Santé, Claudine Lougué (micro)

«Face à cet élan de générosité, je me devais de venir vous le dire de vive voix. Mon département apprécie cet engagement citoyen. Nous comptons sur la mobilisation du privé auprès de mon département pour que notre secteur soit résilient aux nombreux défis auxquels nous faisons face», poursuivi la ministre, en notant que par ce don de sang, les femmes de la BDU-BF participent pleinement à la promotion de la santé.

L’amicale des femmes de la Banque de l’Union du Burkina Faso a voulu faire «œuvre utile» en organisant cette cérémonie de don de sang, a relevé le directeur général de «la banque de proximité», Dr Karim Bagayoko. «Cette initiative est salutaire parce que non seulement ce sont les femmes qui donnent la vie mais aussi compte tenu des besoins exprimés en poches de sang, qui, par jour, varient entre 200 et 250», selon le DG de BDU-BF.

Pour M. Bagayoko, «ce geste doit faire effet boule de neige, surtout quand on sait qu’à l’intérieur du pays, à cause du problème d’insécurité, les FDS déployées sur le terrain et les déplacés internes peuvent avoir besoin de sang». C’est pour toutes ces raisons que le directeur général a invité non seulement l’ensemble des personnels de la BDU-BF mais également d’autres structures, à organiser une telle collecte de sang qui profite à l’ensemble de la population.

Le directeur général de la BDU-BF pense qu’à partir de cette activité, sa structure va prendre l’engagement de faire périodiquement, même si c’est au moins une fois par an, une collecte de don de sang au CNTS.

La vice-présidente de l’amicale des femmes de la BDU-BF, Assèta Sanou (micro)

«Nous avons voulu célébrer le 8 mars autrement en donnant un peu de notre sang pour sauver des vies», a affirmé Assèta Sanou/Sana, vice-présidente de l’amicale des femmes de la BDU-BF qui a justifié leur action par le fait que selon leurs informations, le CNTS peine à satisfaire les besoins en sang des enfants et femmes enceintes malades.

«Cette situation s’est empirée avec le contexte sécuritaire que nous connaissons tous», a-t-elle ajouté avant d’appeler toutes les femmes du Burkina à donner leur sang et s’engager dans cette noble cause pour sauver des vies.

Wilfried Naré, agent à la BDU-BF, ayant trouvé l’initiative de l’amicale des femmes louable, dit être venu d’abord pour les soutenir mais aussi y participer spontanément car «donner son sang, c’est sauver une vie et sauver une vie n’a pas de prix».

Don de matériel de l’amicale de la BDU-BF au Centre national de transfusion sanguine (CNTS)

En marge de cette activité, la banque a remis au CNTS, du matériel composé d’alcool, de coton, de gants et de tensiomètres.

Par Bernard BOUGOUM  

Laisser un commentaire