Accueil A la une 8-Mars à la BDU: les banquiers se saignent pour sauver des vies...

8-Mars à la BDU: les banquiers se saignent pour sauver des vies  

Des femmes de BDU donnant un peu de leur sang Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

L’Amicale des femmes de la Banque de l’Union du Burkina Faso (BDU-BF), à l’occasion de la fête des femmes, le 8-Mars 2021, a organisé ce vendredi 5 mars 2021, au siège de l’institution bancaire à Ouagadougou, une collecte de sang dans le but de contribuer à sauver des vies.

Les agents de la BDU-BF ont donné de leur sang, ce vendredi 5 mars 2021, dans le but de venir en aide à des malades qui sont dans le besoin. L’opération de collecte s’est déroulée au premier niveau de l’immeuble, situé au secteur 5 de Ouagadougou, dans la Zone d’Aménagement Commerciale et Administrative (ZACA) que plusieurs agents ont pris d’assaut pour exprimer leur solidarité en offrant leur liquide précieux.

Des poches de sang Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

Cette action initiée par les femmes de la banque, répond au besoin crucial de manque de sang qu’exprime régulièrement le Centre national de transfusion sanguine (CNTS).

La présidente de l’Amicale des femmes de la BDU-BF, Salamata Maïga née Tinto, par ailleurs directrice de la gestion des risques de la BDU-BF Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

« C’est une initiative que nous avons débutée depuis bientôt deux ans et chaque année, on a décidé qu’à l’occasion du 8-Mars, nous allons toujours faire un don de sang », a déclaré la présidente de l’Amicale des femmes de la BDU-BF, Salamata Maïga née Tinto, par ailleurs directrice de la gestion des risques de cette institution bancaire.

Pour Mme Maïga, « le sang c’est la vie » et le besoin de poches de sang est là. « Nous sommes femmes, nous savons toutes que, quand les femmes sont enceintes, il y a beaucoup de risques. Les femmes ont besoin de sang, nos enfants également, surtout en temps de paludisme », a-t-elle fait savoir.

Le directeur général de la Banque de l’Union du Burkina Faso, Karim Bagayoko donnant son sang Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

Organiser une collecte de sang, à l’occasion du 8-Mars, c’est « faire de cette journée, une journée humanitaire », selon le directeur général de la Banque de l’Union du Burkina Faso, Karim Bagayoko. « C’est un sentiment d’œuvre sociale pour moi », a affirmé M. Bagayoko qui informe qu’il est « un donneur universel de sang » et « de par le passé, (il) dispose de la carte de donneur de sang ».

Les femmes de la BDU-BF, au lieu d’en faire une journée festive, ont voulu faire œuvre sociale en donnant de leur sang, en invitant l’ensemble du personnel de la banque et des collaborateurs extérieurs à en faire autant. Et cela est un sentiment de satisfaction pour le premier responsable de la BDU-BF pour qui cela entre dans le cadre de la responsabilité sociale de l’entreprise.

Dr Kader Koné, médecin au Centre national de transfusion sanguine, intérimaire de la directrice régionale du CNTS (à gauche) et le DG de la BDU-BF, Karim Bagayoko Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

Cette action des femmes de la Banque de l’Union du Burkina Faso a été saluée par le CNTS qui voit ainsi sa banque fournie en poches de sang. « Il faut vraiment, d’abord, remercier la BDU-BF pour l’initiative qui est à saluer parce qu’actuellement, nous avons un besoin très élevé en produit sanguin », a fait savoir Dr Kader Koné, médecin au Centre national de transfusion sanguine (CNTS), intérimaire de la directrice régionale.

Pour lui, cette collecte va permettre à la banque de sang d’avoir des poches de sang pour sauver des malades qui sont dans le besoin, et a souhaité que les personnes de bonne volonté qui peuvent les aider à organiser des collectes de sang à ne pas hésiter car le CNTS a « vraiment un besoin criard en produit sanguin ».

Djamila Bocoum née Ouattara, un agent de la BDU-BF Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

Djamila Bocoum née Ouattara, un agent de la BDU-BF a été la première à donner son sang. C’est la toute première fois qu’elle fait un don de sang, nous a-t-elle confié.

« L’année passée, je n’ai pas pu donner mon sang parce que je n’étais pas là quand l’opération de collecte se déroulait », a dit Mme Bocoum qui a signifié que « le sang est un liquide précieux et tout le monde en a besoin ». « Je pense que c’est normal de donner son sang. Dès que tu peux il faut en donner », a-t-elle conseillé.

A cette occasion de collecte de sang, les femmes de l’Amicale ont fait également un don en matériel sanitaire au Centre national de transfusion sanguine. Il s’agit, notamment, des masques, des gants et du gel d’une valeur de 400 000 F CFA.

Le directeur général de la BDU remettant le don de matériel au Dr Kader Koné, médecin au Centre national de transfusion sanguine, intérimaire de la directrice régionale du CNTS Ph. Daouda ZONGO @wakatsera.com

« Le don en matériel vient renforcer le respect des mesures barrières. Avec la pandémie de la Covid-19 qui est là, ça vient nous aider pour la protection du personnel », s’est exprimé Dr Kader Koné du CNTS.

L’Amicale, qui compte une quarantaine de femmes a pu collecter une cinquantaine de poches de sang l’année passée, espère en collecter plus cette année.

En plus du don de sang, ces femmes comptent organiser d’autres activités comme le dépistage du cancer du col de l’utérus qui est prévu du 9 au 11 mars et une journée récréative.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire