Accueil A la une Affaire des 46 militaires ivoiriens: la paille trop mouillée pour la fumée...

Affaire des 46 militaires ivoiriens: la paille trop mouillée pour la fumée blanche?

Des militaires ivoiriens en pleine parade (Ph. d'illustration)

Le dossier des 46 militaires ivoiriens en détention au Mali va-t-il enfin connaître son dénouement? La paille semble mouillée pour faire sortir la fumée blanche, car, à en croire des sources de Wakat Séra, Bamako a récemment envoyé une lettre à Abidjan dans laquelle il exposerait ses nouvelles exigences en contrepartie de la libération du contingent ivoirien détenu sur le sol malien depuis le 10 juillet 2022.

Quarante-neuf militaires ivoiriens ont été arrêtés le 10 juillet 2022 à l’aéroport international de Bamako et qualifiés de «mercenaires» par les autorités maliennes. Inculpés pour «tentative d’atteinte à la sûreté de l’État» ces soldats ont été écroués à la mi-août.

Depuis lors, des négociations ont été entamées pour trouver une issue favorable à cette situation qui a créé un incident diplomatique entre les deux pays voisins de l’Afrique de l’Ouest. Sous la houlette de chefs d’Etat, de leaders religieux et parfois d’organisations sous régionales ou internationales, les médiations ont entre-temps permis de libérer trois femmes aux rangs des 49 soldats.

Les négociations se sont poursuivies entre Bamako et Abidjan en vue d’obtenir la libération des 46 autres militaires. Depuis quelques semaines les voyants étaient au vert faisant croire à un règlement de ce différend qui a semé un froid dans les relations entre les deux voisins historiques.

Mais le bout du tunnel ne semble pas si proche. Une source près du dossier a reconnu auprès de nos confrères de RFI que le processus «évolue un peu en dents de scie» ces derniers temps. Pourquoi? La raison serait liée à un nouveau document que Bamako a envoyé à Abidjan pour validation.)

Ce document contiendrait, selon RFI, «les demandes» maliennes pour clore le dossier. Les autorités maliennes seraient en attente d’un retour de la partie ivoirienne.

L’évolution du dossier des 46 militaires dépendrait donc de la suite que donnera Abidjan à la lettre de Bamako.

Par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire