Accueil Economie Affaire Fonds commun: le CED Renouveau appelle le gouvernement « à prendre ses...

Affaire Fonds commun: le CED Renouveau appelle le gouvernement « à prendre ses responsabilités »

385
0
Roland Yerbanga, président du Cadre d'expression démocratique Renouveau (CED Renouveau)

Le président du Cadre d’expression démocratique/Rrenouveau (CED RD), Roland Yerbanga, s’est dit contre les 55 milliards de francs CFA octroyés par an aux agents du ministère en charge de l’Economie et des Finances qui divisent les Burkinabè actuellement. M. Yerbanga et ses camarades qui étaient face à la presse à Ouagadougou ce vendredi 13 avril 2018 appellent le gouvernement « à prendre ses responsabilités » afin qu’une minorité de Burkinabè n’absorbe pas tous les fonds d’investissements du pays.

« On ne peut pas prendre l’argent de tous les Burkinabè pour remettre à une minorité. Les fonctionnaires ne sont pas les seuls au Burkina. Nous sommes tous des Burkinabè et je pense que le gouvernement devrait prendre les mesures adéquates par rapport à cette situation », a argumenté Roland Yerbanga qui estime qu’il ne faut pas que les autorités laissent les « gens gouverner » à sa place.

A la suite d’une sortie à l’Hémicycle du ministre de l’Economie et des Finances pour répondre à une question d’un député, Hadizatou Rosine Sori/Coulibaly a dévoilé le montant total (55 milliards FCFA) qui servait de fonds de motivation aux travailleurs de son département. Des voix se sont fait entendre contre cette politique qui « empêche » les investissements structurants pour le développement du Faso.

La Coordination de six syndicats du ministère en charge de l’Economie a signifié lors d’une conférence de presse qu’elle allait « se battre coûte que coûte pour préserver ces acquis » à savoir le fonds commun, arraché de haute lutte.

En début janvier, le président du Faso avait annoncé une réflexion approfondie sur le système de rémunération des salariés de l’Administration au Burkina afin d’éviter que l’Etat gère au cas par cas les revendications sociales qui paralysent de plus en plus les services publics.

Par Mathias BAZIE

Laisser un commentaire