Accueil Monde Bénin: Boni Yayi plaide pour la libération des détenus politiques

Bénin: Boni Yayi plaide pour la libération des détenus politiques

Le président béninois, Patrice Talon, recevant l'ancien chef de l'Etat, Yayi Boni, au palais présidentiel

Le président Patrice Talon a reçu le mercredi 22 septembre 2021 son prédécesseur Boni Yayi, au Palais de la Marina, dans le souci de la « décrispation de l’ambiance politique » au Bénin. L’ex-président Boni Yayi a plaidé pour la libération des détenus politiques, rapportent des médias.

Les Béninois avaient l’oreille tendue vers le Palais de la Marina où il y avait une tête-à-tête entre Patrice Talon et Boni Yayi qui a dirigé le pays dix ans durant, précisément du 6 avril 2006 au 6 avril 2016. Cette date se veut mémorable car le président Talon et son farouche opposant ne s’étaient pas rencontrés depuis le départ de Boni Yayi du pouvoir en 2016.

« Je suis ravi de vous accueillir ici. J’attendais ce moment comme tous nos compatriotes », a lancé le président Talon à son prédécesseur Boni Yayi avec qui il entretenait un froid depuis son départ du pouvoir.

« Nous n’avons aucun problème profond le président Talon et moi. Nous avons uniquement parlé du peuple béninois, de l’image de notre pays et de la décrispation. J’ai demandé au président, qui m’a écouté, la libération des détenus politiques et d’opinion », a déclaré à sa sortie d’audience, l’ancien chef de l’Etat qui a continué que « nous avons, dans ce cadre, discuté fraternellement autour de quelques points que j’ai soumis à l’appréciation du président Talon ».

Ainsi, dans la quête de cette décrispation, Boni Yayi a souhaité des mesures fortes de la part du locataire de la Marina, en usant de l’arsenal institutionnel dont il dispose, afin que certains des citoyens béninois en délicatesse avec la loi suite aux crises politiques recouvrent la liberté et que ceux des Béninois exilés puissent revenir au bercail.

Il s’agit entre autres des leaders politiques que sont Reckya Madougou, Sébastien Ajavon, Joël Aïvo et Komi Koutché. Toutefois, reconnaissant l’ordre républicain, le président Yayi précise avoir fait une demande et qu’il appartient au Chef de l’Etat de décider de la suite à accorder aux doléances.

« A toutes ses doléances, le président Talon m’a longuement et religieusement écouté », a-t-il témoigné devant la presse.

Cette rencontre tant attendue selon certains observateurs et analystes politiques, estiment que ce tête-à-tête entre les deux adversaires politiques contribuera à apaiser le climat politique dans le pays.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire