Accueil Monde Berlin: une 2e conférence internationale organisée sur la Libye

Berlin: une 2e conférence internationale organisée sur la Libye

La deuxième conférence internationale sur la Libye se tient mercredi 23 juin 2021 à Berlin en Allemagne. Le principal enjeu est la consolidation des avancées des derniers mois, notamment l’organisation de nouvelles élections en décembre prochain, à en croire une information rapportée par RFI.

18 mois après une première conférence, l’Allemagne organise une nouvelle édition dénommée «Berlin II». Cette deuxième conférence internationale sur la Libye réunit à Berlin de nombreux pays et acteurs. L’objectif ultime est de travailler à ce que la tenue des élections prévues fin décembre 2021 en Libye soit effective. Contrairement à la première conférence, les acteurs libyens vont prendre part aux échanges lors de ce présent rassemblement.

Depuis la première rencontre, la situation en Libye a connu des progrès dont se félicite la diplomatie allemande. Il s’agit, entre autres, du cessez-le-feu entre le régime reconnu par la communauté internationale et dirigé par Abdel Hamid Dbeibah et les forces de Khalifa Haftar dans l’Est du pays. Un gouvernement d’union entre les deux parties rivales a également été constitué et l’extraction du pétrole a repris.

Néanmoins, le retrait des forces étrangères qui avait été prévu par la première conférence de Berlin, il y a 18 mois, est resté sans suite. Selon l’envoyé spécial de l’ONU, Jan Kobis, des divisions persistent dans le pays. Et les livraisons d’armes et l’arrivée de mercenaires n’ont jamais cessé : «Ceux qui se sont engagés, la dernière fois à Berlin, à retirer leur troupe, n’ont pas respecté leur parole» a déploré le chef de la diplomatie allemande. Elles seraient selon l’ONU 20 000 des Russes, des Tchadiens, des Soudanais, des Syriens et des Turcs à être présentes sur le sol libyen.

L’enjeu majeur du présent reste donc de garantir la tenue d’élections présidentielle et législatives le 24 décembre 2021, même si des doutes sont émis sur la volonté réelle du pouvoir en place de voir se dérouler ce scrutin.

Siaka CISSE (stagiaire)

Laisser un commentaire