Accueil Opinion Burkina: conseils au capitaine Ibrahim Traoré

Burkina: conseils au capitaine Ibrahim Traoré

Ceci est un écrit de Alexandre Le Grand Zango qui dit «bienvenue» au capitaine Ibrahim Traoré et lui donne quelques conseils.

«Bienvenue mon capitaine!

Tu as eu l’appui du peuple pour achever ton œuvre de réorientation révolutionnaire, alors ne perds pas une minute :

– rétablis vite la constitution sinon toi-même tu ne pourras pas enclencher un quelconque mécanisme pour la mise en œuvre de ta vision;

– soulage rapidement les populations de Djibo qui sont asphyxiées par la faim;

– remets à jour la charte proposée par le comité qui avait travaillé 3 semaines durant à l’avènement du MPSR, laquelle charte comporte des propositions révolutionnaires adaptées à notre contexte;

– laisse la tête de l’État à un civil dont le profil, la trempe et le courage, ne laissent planer aucun doute sur sa capacité à asseoir les bases d’une renaissance de notre beau pays;

– forme un gouvernement de guerre, et supprime certains ministères comme celui des coutumiers car ce pan peut être pris en compte par le ministère de la cohésion sociale;

– supprime également ce machin truc de soutien à la transition qui semble n’être qu’un réceptacle de personnalités en panne de popularité et de subsides financières;

– ne fais pas dans le populisme de la chasse aux sorcières, ce qui suppose que tu n’es pas obligé de remercier tous les ministres;

– les militaires qui sont nommés aux postes de l’administration publique en dehors des gouverneurs, se doivent de rendre leurs tabliers car c’est une chose qui a participé à décrédibiliser le discours politique du MPSR;

– encourage la mise en place d’une assemblée législative dans le format proposé par le comité en sus cité;

– ose la mise en retraite anticipée de plusieurs hauts gradés de l’armée avec les honneurs dus à leur rang pour pouvoir avoir les mains libres pour agir;

– noue rapidement une coopération active avec le Mali pour que le processus d’achat d’armes ne soit plus soumis au diktat français;

– mais ne chasse pas la France de manière impropre car sur plusieurs plans en attendant elle tient notre économie et en complicité avec ses sbires de la CEDEAO, elle peut étouffer ton pays économiquement et t’exposer à des remous sociaux fatales;

– entoure toi d’une bonne équipe de communicants et surtout laisse toi conseiller car s’il y’a quelque chose qui a précipité l’impopularité de l’ex Chef de classe, c’est sa très mauvaise communication;

– maintiens la censure sur les agitations politiques et des OSC qui dans la majorité sont tout sauf patriotes;

– enfin, respecte ta parole en restant focus sur la sécurité et la restauration de notre intégrité territoriale. C’est à ce seul prix que tu pourras toujours compter sur la mobilisation populaire en ta faveur.

Bref, je ne sais pas pourquoi mais j’ai foi que tu réussiras cette réorientation stratégique que tu promets au peuple burkinabè.

De toutes manières, tu es suffisamment averti : si tu dévies, c’est le même peuple que tu auras en face, c’est écrit!

Laisser un commentaire