Accueil Société Burkina/Elections: le CSC appelle à «plus de responsabilité dans l’usage des médias...

Burkina/Elections: le CSC appelle à «plus de responsabilité dans l’usage des médias et des réseaux sociaux»

319
0
Mathias Tankoano, président du Conseil supérieur de la Communication (CSC)

Le président du Conseil supérieur de la communication (CSC), Mathias Tankoano, a appelé ce mardi 7 juillet 2020, les populations à «plus de retenue et de responsabilité dans l’usage des médias et des réseaux sociaux», à l’ouverture d’une conférence publique dont le thème est «Gestion de la communication en période électorale : rôle du Conseil supérieur de la communication».

L’organe burkinabè de régulation des médias a lancé une série d’activités en vue de renforcer les capacités des journalistes dans le cadre des élections du 22 novembre 2020. Le CSC a une mission importante de régulation du discours politique électoral, dont l’accomplissement commande la réalisation d’un certain nombre d’actions en direction du public, des médias, des Organisations de la société civile (OSC), des partis politiques et des candidats, tous acteurs du processus électoral, a rappelé son président Mathias Tankoano.

Au-delà de ses objectifs spécifiques d’assurer «l’égal accès des partis politiques et candidats aux médias publics et de veiller au pluralisme et à l’équilibre de l’information électorale, les actions du CSC visent globalement à créer les conditions d’une communication saine, loyale et apaisée entre tous les acteurs du processus électoral, de manière à prévenir les conflits», a signifié M. Tankoano.

Une vue des participants

C’est dans ce cadre que le CSC s’est doté d’une stratégie globale dénommée SGE-2020, dans laquelle il est prévu plusieurs activités dont la conférence publique inaugurale qui a réuni ce matin, des professionnels des médias, des acteurs politiques et Organisation de la société civile (OSC), ainsi que des agents de l’administration publique. Cette activité se tiendra, en plus de Ouagadougou, à Fada, à Ouahigouya et à Bobo-Dioulasso. Ces activités réuniront les forces vives de la Nation en vue d’échanger sur les missions du CSC en période électorale et réfléchir ensemble sur «les voies et moyens d’asseoir une communication sociale apaisée, gage d’élections crédibles et transparentes qui préserverait la paix et la cohésion sociale», a indiqué M. Tankoano.

Vu la crise socio-sécuritaire que traverse le Burkina Faso, il a appelé tous les acteurs à plus de responsabilité, de tolérance et d’acceptation de la différence, afin de préserver le vivre ensemble, et trouver les solutions nécessaires à un retour à la paix et à la stabilité. «J’interpelle particulièrement les jeunes ainsi que les hommes et femmes de médias à beaucoup plus de retenue et de responsabilité dans l’usage des médias et des réseaux sociaux, surtout au niveau des émissions interactives», a-t-il laissé entendre.

Pour lui, «les menaces les plus imminentes pour les élections et la paix sociale proviennent de ces espaces de communication».

En sus des Conférences publiques, le CSC organisera, dans les quatre régions (Ouagadougou, Fada, Ouahigouya et Bobo-Dioulasso), des sessions de formation au profit des journalistes sur le thème général «Le traitement de l’information électorale dans le contexte de crise socio-sécuritaire».

Les responsables de la Conférence publique du CSC

Dans les jours à venir, d’autres sessions de formation sont prévues en direction des animateurs des émissions interactives et des journalistes en langues nationales, ainsi que la diffusion de microprogrammes de sensibilisation du public et des journalistes à une saine utilisation des médias et un comportement responsable face aux flux informationnels particulièrement abondants, et souvent vicieux en cette période électorale, selon le président du CSC. A l’approche des élections, les différents acteurs à travers le CSC signeront un pacte de bonne conduite que les acteurs politiques s’engageront à respecter pour un discours politique qui ne doit pas contenir de la «haine ou de la division».

L’ensemble de ces formations visent un renforcement des capacités des hommes et femmes de médias, de manière à les préparer à assurer une bonne couverture médiatique des élections dans le respect de la loi, de l’éthique et de la déontologie professionnelle.

Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni), Newton Ahmed Barry, a salué cette initiative du CSC qui participe à la crédibilisation des élections présidentielle, législative et municipale à venir.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire