Accueil A la une Burkina Faso : des mesures pour offrir de logements décents aux Burkinabè

Burkina Faso : des mesures pour offrir de logements décents aux Burkinabè

Logements (Ph. d'illustration)

Dans le but d’offrir des logements décents aux Burkinabè, le président Roch Kaboré a instruit son ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Me Bénéwendé Sankara, d’entreprendre un certain nombre de réformes. Ce vendredi 26 février 2021, Me Sankara qui était face à la presse à Ouagadougou, a fait cas des mesures que son département travaillera à mettre en œuvre dans le but de relever les défis.  

Nommé, en janvier 2021, au poste de ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Me Bénéwendé Sankara a été instruit à mettre en œuvre la réforme des textes régissant le foncier urbain et rural, la contribution à l’évaluation pertinente du processus de mise en œuvre de la Réforme agraire et foncière (RAF) depuis 1984 à nos jours en vue de sa relecture. Cela devra permettre d’en extraire le socle vertueux qui a permis la réalisation de multiples aménagements réussis au Burkina Faso.

Le ministre doit également œuvrer à la contribution de la décentralisation de la gestion foncière afin de favoriser la transparence des décisions ainsi que l’équité et l’égalité de genre dans l’accès au foncier et la redevabilité des institutions. Il y a aussi la mise en œuvre de véritables projets structurants dans chaque ville, capitale régionale, afin d’accroitre l’attractivité des villes et créer des emplois décents.

Des reformes pour trouver des réponses aux préoccupations

Dans sa mission, le ministre Sankara devrait travailler à la création d’un environnement propice à l’accroissement de l’offre de logements publics et privés à travers une amélioration substantielle de la gouvernance foncière, à l’élaboration et à la mise œuvre d’un programme quinquennal conséquent de production de logements sociaux et économiques en privilégiant les habitats à loyers modérés et travailler à l’exercice de la promotion immobilière sur la base de documents de planification urbaine, afin de lutter contre l’accaparement des terres à des fins spéculatives, et mettre en adéquation l’offre et la demande de logements.

Me Sankara devant le micro Ph. Ministère de l’urbanisme

Selon le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, les différentes réformes devraient permettre de trouver des réponses aux attentes des populations qui sont, notamment, les lotissements, l’apurement du passif sur le foncier urbain, la promotion immobilière, la résorption de l’habitat spontané, l’accès aux logements décents et les aménagements urbains.

Suspension temporaire du traitement des dossiers de promotion immobilière

« De nos jours, la maitrise de l’occupation de l’espace urbain constitue une véritable préoccupation et un véritable enjeu pour mon département », a dit Me Sankara qui déplore une course effrénée à la mobilisation du foncier qui favorise des tâches urbaines éparses, l’étalement des villes et mettant à mal la cohérence et le développement harmonieux tant souhaité des villes.

Déjà des actions ont été entreprises par le nouveau ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville. « Outre la suspension de la délivrance des agréments de promotion immobilière qui avait cours, une circulaire en date du 9 février 2021 suspend temporairement le traitement des dossiers de promotion immobilière », a affirmé le ministre Sankara. Pour le moment, les textes en cours de révision ou d’élaboration sur le foncier et l’activité de promotion immobilière, sont entre autres, le Code de l’Urbanisme et de Construction au Burkina Faso, le décret portant conditions d’obtention d’agrément et d’exercice de l’activité de promotion immobilière et ou foncière au Burkina et l’arrêté portant validation des projets immobiliers, a fait savoir Me Sankara.

Selon le ministre, la résolution des préoccupations des populations, se fera dans une démarche participative et inclusive.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire