Accueil A la une Burkina Faso: Human Rights Watch exige une enquête crédible et indépendante sur...

Burkina Faso: Human Rights Watch exige une enquête crédible et indépendante sur les allégations d’exécutions extrajudiciaires

402
0
Des gendarmes en ratissage au Nord du Burkina (photo d'illustration)

(Nairobi, 20 mai 2020) – Les autorités du Burkina Faso devraient enquêter de manière crédible et indépendante sur les allégations d’exécutions extrajudiciaires de 12 hommes détenus par des gendarmes le 11 mai 2020 lors d’une opération de lutte contre le terrorisme près de la ville orientale de Fada N’Gourma, a déclaré aujourd’hui Human Rights Watch. . Les témoins qui ont vu et enterré les corps ont déclaré que les hommes avaient tous été abattus à la tête.

Le 13 mai, le procureur de Fada N’Gourma, dans la région de l’Est, a annoncé une enquête sur les meurtres. L’enquête devrait être transférée dans la capitale, Ouagadougou, pour permettre une plus grande indépendance, impartialité et sécurité des témoins, et ses conclusions devraient être rendues publiques. Le commandant du poste de gendarme de Tanwalbougou, où les hommes détenus sont décédés, devrait immédiatement être mis en congé administratif en attendant le résultat. Le gouvernement burkinabè devrait rechercher l’assistance médico-légale et autre nécessaire auprès de partenaires internationaux.

«Des suspects se retrouvant morts des heures après avoir été placés en garde à vue au cours d’opérations de lutte contre le terrorisme sont une forte indication d’un acte criminel», a déclaré Corinne Dufka, directrice du Sahel à Human Rights Watch. «Tuer des détenus au nom de la sécurité est à la fois illégal et contre-productif. Les personnes reconnues responsables de ces décès en détention devraient être pleinement et équitablement poursuivies.»

Human Rights Watch a interrogé par téléphone 13 personnes au courant de l’incident. Les entretiens, avec des personnes dans et autour de Fada N’Gourma et de Ouagadougou, ont inclus 4 témoins des arrestations et 5 témoins de la récupération des corps et de l’enterrement des victimes. Les témoins ont fourni une liste de 12 victimes, tous des hommes de l’ethnie peul. Les morts comprenaient au moins un ensemble de frères et un homme d’environ 70 ans.

Les meurtres présumés se sont produits dans un contexte d’aggravation de la sécurité et de la crise humanitaire au Burkina Faso, qui, depuis 2016, est aux prises avec la violence de groupes armés islamistes liés à Al-Qaïda et à l’État islamique dans le Grand Sahel. À partir de 2016, ces groupes, qui ont en grande partie recruté dans la communauté nomade peul ou peul, ont attaqué des postes des forces de sécurité et des civils dans tout le Burkina Faso.

Human Rights Watch a depuis 2017 documenté le meurtre de plus de 300 civils par des groupes islamistes armés. Les forces de sécurité gouvernementales ont tué plusieurs centaines d’hommes pour leur soutien présumé à ces groupes, dont 31 auraient été exécutés dans la ville de Djibo, dans le nord du pays, le 9 avril.

Dans sa déclaration du 13 mai, le procureur de Fada N’Gourma a déclaré que les Forces de défense et de sécurité du Burkina Faso avaient arrêté 25 personnes soupçonnées d ‘«actes de terrorisme» à Tanwalbougou dans la nuit du 11 au 12 mai et que «Malheureusement, 12 d’entre elles sont morts au cours de la même nuit dans les cellules où ils étaient détenus. »

Le communiqué indiquait que des officiers de police judiciaire, des gendarmes de Fada N’Gourma et des officiers de santé enquêtaient sur l’incident. Le poste de gendarme de Tanwalbougou est placé sous le commandement direct de gendarmes à Fada N’Gourma, à environ 50 kilomètres.

Des témoins ont déclaré à Human Rights Watch que les arrestations avaient eu lieu entre 13 h 30. et 14 h lors d’une opération le jour du marché dans la ville de Pentchangou, à 5 kilomètres de Tanwalbougou. Ils ont dit que pendant l’opération d’une heure environ, des soldats des forces de défense et de sécurité, ainsi que plusieurs membres d’une force de défense basée dans le village, connue sous le nom de Volontaires pour la défense de la patrie (VDP), ont bloqué les entrées du village et arrêté de nombreux Peuls des hommes qui faisaient du commerce au marché, près de la mosquée ou dans la rue. Ils en ont tiré des cachettes. Le convoi est parti en direction de Tanwalbougou.

« Mon arrivée le jour du marché à Pentchangou a coïncidé avec l’arrivée des soldats et de quelques VDF », a déclaré un témoin. «Les soldats étaient dans quelques véhicules et le VDF sur des motos. Tous étaient armés d’armes automatiques. » Un chef de la communauté qui a enquêté sur l’incident a déclaré: «Les personnes vivant autour de la gendarmerie de Tanwalbougou m’ont dit avoir vu les gendarmes et quelques VDF rentrer à la base avec de nombreux détenus vers 16 heures».

« J’ai perdu deux frères ce jour-là », a expliqué un homme. «Dès l’arrivée des soldats, nous sommes partis en courant. J’ai vu deux véhicules et cinq soldats, vêtus de t-shirts noirs et de pantalons de camouflage. C’était une chasse à l’homme… ils arrêtaient tous les Peuls qu’ils voyaient. »

Une femme travaillant au marché a déclaré: «De l’endroit où je me cachais, j’ai vu un homme courir, mais des soldats ont bloqué les sorties du village. Deux soldats et un autre homme en civil, tous armés de fusils militaires, l’ont poursuivi, mais l’homme a pu se cacher dans une maison. Les soldats ont tourné leur attention vers un autre homme, qu’ils ont traîné hors d’une autre maison, puis ont battu avec des bâtons en bois alors qu’ils l’emmenaient vers leurs véhicules, qui étaient un peu en dehors du village.

Bien que la déclaration du gouvernement ne spécule pas sur la mort des 12 hommes, des membres de la famille et des témoins qui ont récupéré les corps de la morgue de Fada N’gouroma et participé aux enterrements, ont déclaré qu’ils pensaient que les hommes avaient été abattus à la tête. « Il est évident, clair et évident qu’ils avaient tous des blessures à la tête », a déclaré un homme dont le frère était parmi les morts. « Certains avaient écrasé des crânes. »

Des photographies et une vidéo vues par Human Rights Watch ont montré les 12 corps emmenés dans un cimetière à Fada N’Gourma dans un véhicule, puis étendus sur le sol en ligne. Les corps étaient étroitement enveloppés de plastique blanc, collés autour des jambes, de la poitrine, du cou et de la tête des victimes. Du sang important était visible à travers le plastique, y compris autour de la tête des victimes.

Des membres de leur famille ont déclaré qu’ils pensaient que les hommes avaient été exécutés sous la garde des gendarmes basés à Tanwalbougou. L’un d’eux a déclaré: «Le procureur a déclaré qu’ils étaient morts pendant la nuit dans la cellule, et pourtant ils avaient saigné abondamment, comme s’ils avaient reçu une balle dans la tête. Comment est-ce possible? « 

La plupart ont dit qu’ils ne pouvaient reconnaître leurs proches que par leurs vêtements. « Nous avons identifié mon frère par son boubou [robe à manches larges] », a expliqué l’un d’eux.

« Nous avons vu nos frères, nos pères et nos fils quitter la maison ce matin-là », a déclaré un autre. «De par l’apparence de leur corps, ils ont souffert de quelque chose de terrible.»

Les morts ont été enterrés à Fada N’Gourma le 13 mai après avoir été remis aux membres de la famille.

Trois membres de la famille ont déclaré que les autorités de Fada N’Gourma leur avaient dit que les autopsies n’avaient pas été pratiquées et qu’ils craignaient que cela affecte l’enquête. « Alors que nous attendions pour récupérer les corps, j’ai entendu le procureur et un médecin du district dire qu’ils n’avaient pas de capacité médico-légale et qu’étant donné l’état de décomposition, les corps devraient être emmenés pour l’enterrement », a expliqué le frère d’une victime.

« Le médecin-chef est entré dans la morgue – a passé quelques minutes seulement – puis a déclaré qu’étant donné l’état de décomposition, les sacs mortuaires ne pouvaient pas être ouverts du tout, pas même pour que les familles identifient leurs morts », a déclaré le cousin d’une autre victime. .

Des proches et des membres de groupes non gouvernementaux ont mis en doute la capacité des gendarmes locaux à mener une enquête crédible et impartiale. «Le poste de gendarme de Tanwalbougou est directement sous le commandement de la capitale régionale, Fada N’Gourma, chargée de l’enquête», a expliqué un membre de la famille. « Peut-on vraiment s’attendre à une enquête équitable? » Dans un communiqué de presse du 14 mai, le Collectif Contre l’Impunite et la Stigmatisation des Communautés (Collective Against Impunity and the Stigmatization of Communities, CISC), une coalition locale des droits de l’homme, a appelé à une commission d’enquête spéciale, disant: «Comment les gendarmes enquêtent sur une affaire dans laquelle ils sont directement impliqués. »

Les dirigeants communautaires et le CISC ont déclaré que de nombreux Peuls des villages des environs de Tanwalbougou avaient été exécutés ou disparus de force après leur arrestation par les gendarmes locaux et ont noté que les victimes seraient trop effrayées pour répondre à la convocation judiciaire des gendarmes locaux.

« L’ouverture rapide d’une enquête sur ces meurtres est une première étape importante, mais pour aller de l’avant, les autorités devraient transférer l’enquête dans la capitale, veiller à ce que les témoins soient protégés et suspendre le commandant de la gendarme en attendant les résultats de l’enquête », a déclaré Dufka. «Les autorités devraient envoyer un message d’intolérance fort pour les violations graves des droits en tenant pour responsables tous les membres des forces de sécurité impliqués dans l’enquête, y compris le commandant de la gendarme.»

Laisser un commentaire