Accueil Société Burkina Faso : lancement d’un site internet et d’un numéro vert pour promouvoir...

Burkina Faso : lancement d’un site internet et d’un numéro vert pour promouvoir et protéger les droits humains

L'ambassadeur et chef de délégation de l'Union européenne et le président du CNDH dévoilant le numéro vert

La Commission nationale des Droits humains (CNDH), dans le cadre du projet d’appui à la promotion, la protection, et à la défense des droits humains, financé par l’Union européenne, a procédé, ce mercredi 31 mars 2021, au lancement officiel d’un site internet et d’un numéro vert « 80 00 12 94 », à Ouagadougou.

« La création de ce site et de ce numéro vert rentre dans cet objectif de rapprocher l’institution de la population, surtout dans ce contexte où il y a des questions des droits humains qui sont soulevées (sur lesquelles) les populations ont ce besoin d’assistance, mais peut-être ne savent pas comment saisir l’institution », a déclaré le président de la CNDH, Kalifa Rodrigue Namoano, avant d’ajouter que c’est pour eux « une grande joie et satisfaction d’avoir lancé ces outils de communication qui leur permettront d’être beaucoup plus accessibles et atteindre ainsi leur mandat. Selon lui, ce site internet et ce numéro vert du CNDH participent à l’opérationnalisation de l’institution.

Le président du CNDH, Kalifa Rodrigue Namoano

Ce site et ce numéro sont créés pour permettre aux populations de déposer leurs plaintes. M. Namoano, a trouvé important de rassurer la population quant à la confidentialité dans le traitement des plaintes soumises à la CNDH. Les populations peuvent déposer les plaintes « de façon anonyme » ou en déclinant leurs identités, « ça ne cause aucun problème », a-t-il rassuré.

A l’en croire, dans le traitement des plaintes, la première des choses pour la Commission « c’est de vérifier la véracité des faits », car pour lui le contexte est tel qu’il ne faut pas se laisser aller par moment par certaines dénonciations qui ne sont pas forcément fondées. « Ce sont des allégations, le rôle de la commission c’est d’enquêter et de vérifier avant de faire des recommandations et même de porter plainte s’il le faut », a-t-il ajouté.

L’ambassadeur et chef de délégation de l’Union européenne et le président du CNDH dévoilant le numéro vert

La création de ce site web www.cndhburkina.bf et de ce numéro vert 80 00 12 49, selon les explications du président de la CNDH, est rendue possible grâce à la réforme opérée en 2016 par l’adoption de la loi N°001-2016/ AN du 24 mars 2016 portant création d’une Commission nationale des droits humains, en lui conférant le statut d’Institution publique indépendante de promotion, de protection et de défense des droits humains au Burkina Faso.

De ce statut, découlent plusieurs attributions que visent ce site internet et le numéro vert. C’est, entre autres, l’information et la sensibilisation de l’opinion publique sur les droits humains, le renforcement des capacités techniques des acteurs intervenant dans le domaine des droits humains, l’organisation de visites dans les lieux de privation de liberté, la production de rapport alternatif, la production d’un rapport annuel sur la situation des droits humains au Burkina Faso, la réalisation d’enquêtes sur les cas de violation des droits humains, la réception et le traitement des plaintes individuelles ou collectives sur toutes les allégations de violation des droits humains, de l’assistance juridique aux victimes.

Photo de famille

L’ambassadeur et chef de la délégation de l’Union Européenne, Wolfram Vetter, qui a aussi pris part à cette cérémonie de lancement de ces outils de communication de la CNDH, quant à lui, a dit être content de se voir associé à cette belle aventure qui rentre dans le cadre de la promotion, la protection et la défense des droits humains. A l’en croire, « le Burkina Faso est un partenaire privilégié (où) la volonté politique de vouloir promouvoir et protéger les droits de l’homme est une priorité ».

Pour lui, le lancement de ces outils de visibilité est une étape importante dans le renforcement des capacités de la CNDH à assumer pleinement son mandat. Par ailleurs, il n’a pas manqué de mentionner les défis que la CNDH se doit de relever. C’est notamment « la mise à jour permanente des informations du site, de son enrichissement par les résultats de ses interventions, de la mise à disposition d’informations sur le contenu et le sens des droits humains, de la réponse apportée aux sollicitations dans le cadre de la saisine de la Commission. »

Oumpounini MANDOBIGA (stagiaire)

Laisser un commentaire