Accueil A la une Burkina/Gouvernance sécuritaire: le parti de Saran Sérémé dénonce «une inertie inconcevable»

Burkina/Gouvernance sécuritaire: le parti de Saran Sérémé dénonce «une inertie inconcevable»

Le Parti pour le développement et le changement (PDC) de l’ex-médiateur du Faso, Saran Sérémé, a dénoncé, le lundi 22 novembre 2021, face à la presse à Ouagadougou, «une inertie inconcevable qui frise une profonde léthargie insouciante dans la gouvernance sécuritaire et socio-économique».

«Face à (la) désastreuse situation sécuritaire, l’augmentation des prix des produits de première nécessité, la paupérisation et la vulnérabilité des populations inhérentes à la précarité des conditions de vie, la violation flagrante du droit à la dignité humaine des PDI (Personnes déplacées internes) voire leur clochardisation, plus grave la légèreté et l’indécence dans le traitement de nos FDS (Forces de défense et de sécurité) livrées ainsi à l’ennemi sur le champ de bataille, le PDC dénonce une inertie inconcevable qui frise une profonde léthargie insouciante dans la gouvernance sécuritaire et socio-économique», a fait savoir Fadel Sérémé, président du parti de Saran Sérémé.

Selon le président du PDC, l’attaque d’Inata, le 14 novembre 2021, qui a fait 57 morts, a mis «en exergue l’incompétence, l’incapacité, l’inconséquence, l’inconsistance et l’insouciance de la gouvernance (…) actuelle» du Burkina Faso, informant que vu cette situation, son parti «s’est senti interpellé».

Ainsi, M. Sérémé, a déclaré que son parti, «après un diagnostic de la situation sécuritaire et consultation d’experts nationaux et internationaux, avait formulé une proposition de politique sécuritaire et de lutte contre le terrorisme assortie de fortes recommandations, (…) aux autorités compétentes, à même de renverser la tendance, d’améliorer la situation délétère que travers le pays» mais «hélas !».

Face à cette situation de dégradation sécuritaire, le PDC a «exhorté», au cours de la conférence de presse, «les FDS et les VDP (Volontaires pour la défense de la patrie) à faire preuve d’abnégation, de courage et de détermination». Il dit encourager et soutenir «toutes les initiatives de lutte contre le terrorisme et contre toutes les complicités apparentes ou nébuleuses».

Il a, par ailleurs, appelé «le peuple burkinabè, dans toutes ses composantes, sans distinction aucune, à un réveil patriotique et un sursaut salvateur face à son destin à même de nous sortir des inconséquences, des insouciances et des incompétences constatées».

Le Parti pour le développement et le changement qui faisait partie de la majorité présidentielle, a informé, le 26 octobre 2021, de son retrait de ce regroupement en avançant diverses raisons.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire