Accueil A la une Burkina: la ligue de consommateurs s’oppose à toute augmentation du prix du...

Burkina: la ligue de consommateurs s’oppose à toute augmentation du prix du pain

Le pain au Burkina Faso

La ligue des consommateurs du Burkina (LCB) a informé, le jeudi 28 avril 2022 face à la presse à Ouagadougou, qu’elle s’oppose à toute action d’augmentation du prix du pain et appelle les populations à « boycotter tout pain vendu à 200 F CFA si d’aventure cette forfaiture venait à être légalisée ».

Selon la Ligue des consommateurs du Burkina (LCB), « cette tentative d’augmenter le prix du pain ne date pas d’aujourd’hui », rappelant que « dans le dernier trimestre de l’année 2021, plusieurs actions ont été engagées par (la Fédération burkinabè des patrons de boulangeries, pâtisseries et confiseries (FBPBPC) ) pour convaincre le gouvernement et la LCB de la nécessité de leur concéder cette augmentation ». Elle serait revenue à la charge en février 2022, à la suite de la crise entre la Russie et l’Ukraine, évoquant l’augmentation du prix de la farine.

C’est ainsi qu’une structuration du prix du pain a été faite sur la base de 460 000F le prix de la tonne de farine alors que sur place des meuniers proposent la même farine à 445 000F la tonne. « Nous avons alors opéré trois scénarii qui doivent être déposés à l’instar des propositions des prix des autres produits déposés sur la table du gouvernement pour décision finale », a fait savoir le président de la LCB, Dasmané Traoré.

Il soutient donc que « c’est (…) avec stupéfaction » que sa structure a été informée de « la volonté de la FBPBPC de procéder à une augmentation du prix du pain », déclarant que la LCB « oppose une fin de non-recevoir à toute action ou tentative d’augmentation du prix du pain ».

Pour M. Traoré et ses camarades de la LCB, « la solution ne réside pas à un réajustement du prix du pain à 200 F CFA pour un poids de 200 g soit plus de 30%, mais plutôt la baisse des ristournes des clients et livreurs et la mise en oeuvre d’un code de bonne conduite soumis à toutes les boulangeries ».

Ils appellent donc le gouvernement à « siffler la fin de la récréation; prendre ses responsabilités pour stopper cette tentative unilatérale de la faîtière des boulangers; trouver des mécanismes idoines pour soulager les boulangers, de sorte à ce que la qualité et le prix du pain et des produits dérivés du blé, soient préservés ».

La LCB invite les consommateurs à rester mobilisés pour défendre leurs intérêts. Elle attire par ailleurs l’attention du gouvernement sur cette manière de faire, l’appelant à travailler à faire « arrêter ce désordre ».

Selon le premier responsable de la LCB, Dasmané Traoré, si cette « forfaiture passe », la ligue tiendra pour responsable le gouvernement et se mobilisera contre cette augmentation.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire