Accueil A la une Burkina: le MBDHP/Dédougou condamne les « tortures exercées sur Moussa Bonkoungou »

Burkina: le MBDHP/Dédougou condamne les « tortures exercées sur Moussa Bonkoungou »

432
0

Ceci est une déclaration du Mouvement burkinabè des droits de l’Homme et des peuples section Dédougou, relative « aux tortures exercées par la Police sur Moussa Bonkoungou ».

Le 03 Décembre 2020, Bonkoungou Moussa a été appréhendé et torturé par des éléments de la police nationale suite à la manifestation de la veille, manifestation organisée par les exploitants agricoles de Souri (Commune de Dédougou) qui protestaient pour dire non aux promesses  non tenues par les autorités dans le cadre de la réalisation du projet Cité-Relais de Souri.

Le sieur Bonkoungou Moussa qui partait faire ses courses a été arrêté par des policiers en civil et copieusement molesté, menotté et jeté plus de 4 h dans un buisson. Pour l’empêcher de les identifier, ses bourreaux ont pulvérisé dans ses yeux du ‘’gaz’’ et quand il a voulu crier au secours, ils lui ont  rempli la bouche avec la même substance que d’aucun assimile aux liquides des grenades lacrymogènes.

C’est dans un état agité et inconscient que Bonkoungou Moussa a été admis au CHR de Dédougou. Devant la gravité de son cas, il sera évacué en urgence au CHU Souro Sanou de Bobo-Dioulasso.

Il faut rappeler que depuis Mars 2020, les exploitants agricoles de Souri et les autorités sont à couteaux tirés. Les exploitants accusent le Maire et le ministère en charge de l’urbanisme de ne pas respecter la promesse de départ d’octroyer 2 parcelles et 300.000 F CFA par hectare à chaque exploitant agricole impacté par le projet  de construction  de la cité.

 La section MBDHP  du Mouhoun a été sollicitée par les exploitants agricoles en Avril 2020. Dès lors, elle a entrepris des démarches et a pu rencontrer le Maire assisté des présidents de commission et du conseiller du village de Souri.

Ensuite, la section a rencontré à 4 reprises la Direction Régionale en charge de l’urbanisme.  Le Maire a promis de recontacter la section après ses échanges avec le Directeur Général de l’urbanisme. Le Directeur Régional de l’Urbanisme et de l’Habitat de la Boucle Mouhoun a, par contre, refusé de donner des informations relatives à la nature du projet de Cité-relais, à la superficie des exploitants agricoles expropriée, le nombre de parcelles qui seront dégagées, le nombre et la destination de parcelles octroyées aux propriétaires terriens, etc…

C’est par la suite que la section MBDHP apprendra que le projet mettra à la disposition de ceux qui feront les demandes 2800 parcelles d’habitation et 205 parcelles à usage commerciales.

Après des concertations et sur conseil de la section de laisser poursuivre les travaux de lotissement, les exploitants ont poursuivi leurs actions en adressant une première  et une seconde lettre ouverte au Ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat, lettres qui sont restées sans suite. Ils ont ensuite pris l’initiative de rencontrer tour à tour le Gouverneur de la région de la Boucle du Mouhoun, le Haut-Commissaire de la province du Mouhoun, le Procureur du Faso et le Directeur Régional de l’Urbanisme et de l’Habitat de la Boucle du Mouhoun. Toutes ces démarches se sont avérées infructueuses. Désemparés les exploitants ne savent plus, à juste titre, à quel saint se vouer.

Aujourd’hui, si le projet connait des difficultés, c’est parce que l’opération de lotissement s’est  faite dans une opacité totale. Tous les acteurs n’ont pas été impliqués de bout en bout au processus, créant ainsi un climat justifié de suspicion entre les différentes parties prenantes au projet. 

Pour la même localité de Souri, la section MBDHP tient à rappeler qu’elle est intervenue pour apaiser le climat social dans plusieurs cas de conflits fonciers. Il est donc impératif pour toutes les parties de travailler à trouver une solution définitive à ce problème de lotissement de Souri.

Au regard de tous ces faits, la section MBDHP du Mouhoun :

  • Condamne vigoureusement :

– les traitements inhumains et dégradants exercés par la police nationale sur Bonkoungou Moussa, traitements qui ressemblent fort à une tentative d’assassinat ;

– l’usage excessif de la force exercé sur les populations de Souri suite aux manifestations du 02 Décembre 2020 ;

  • Exige :

– que les autorités judicaires fassent toute la lumière sur le cas de traitements  inhumains et dégradants perpétrés sur le sieur Bonkoungou Moussa ;

– que les auteurs de ces actes de tortures soient  identifiés, poursuivis et punis ;

– que soit préservé l’intégrité physique et morale des citoyens lors des opérations de maintien de l’ordre par la police ;

  • Interpelle :

les autorités régionales de tout mettre en œuvre pour préserver et garantir la paix sociale et les tient pour responsables de toute dégradation du climat social, déjà délétère à Souri

  • Invite :

–  les autorités  à la transparence et à  renouer le dialogue avec les exploitants agricoles en vue de trouver une solution urgente et définitive à cette crise liée au projet de cité-relais de Souri.

                                                                            Dédougou le 3 janvier 2021

La section MBDHP du Mouhoun

Laisser un commentaire