Accueil Société Burkina: Le MOCAD de Rahouf Bayiré demande la « dissolution » du CED

Burkina: Le MOCAD de Rahouf Bayiré demande la « dissolution » du CED

553
0
SHARE
Le président du Mouvement citoyen pour l'ancrage et la démocratie (MOCAD) Rahouf Bayiré

Le président du Mouvement citoyen pour l’ancrage de la démocratie (MOCAD), Rahouf Bayiré a demandé ce jeudi 7 septembre, la « dissolution pure et simple » du Cadre d’expression démocratique (CED) de Pascal Zaïda, lors d’une conférence de presse à Ouagadougou.

Selon les responsables du MOCAD qui ont appelé à « boycotter » le meeting du CED prévu pour le 7 octobre prochain à la Place de la Nation à Ouagadougou, le cadre dirigé par Zaïda œuvre pour la « restauration » de l’ex-régime déchu fin octobre 2014.

Les responsables du MOCAD ont indiqué que le CED « est politisé », s’insurgeant contre ses actions notamment ses propositions de solutions pour la résolution de certaines préoccupations de la nation que sont entre autres, la lutte contre les attaques terroristes, le traitement des dossiers judiciaires, la réconciliation et la gestion du pouvoir d’Etat, qu’ils ont vite faite de balayer d’un revers de la main.

Pour ce qui est du meeting dont la participation de plusieurs milliers d’indécis du pouvoir actuel est attendue, le MOCAD « s’insurge contre cette forfaiture et les manœuvres dilatoires orchestrées par les OSC membres du CED. Notre peuple en lutte pour le renouveau et la justice, ne saurait accepter de pareilles insultes », a prévenu M. Bayiré.

Pour le MOCAD, « pas question de négocier avec les terroristes » comme l’a préconisé Pascal Zaïda lors de la dernière conférence de presse de son Organisation tenue à Ouagadougou le 23 août, a réagi catégoriquement Rahouf Bayiré, avant d’apprécier la sortie médiatique le lundi 4 septembre du ministre d’Etat, ministre de la Sécurité, Simon Compaoré, qui a rencontré des centaines de riverains de Kwamé N’Krumah pour les rassurer que des mesures fortes ont été prises pour renforcer la sécurité sur l’avenue qui a été attaquée le 15 janvier 2016 et le 13 août 2017.

M. Bayiré a soutenu que le CED rencontre des partis et regroupements politiques notamment la Coalition pour la Réconciliation et la Démocratie (Coder) pour préparer son rassemblement, sans autres précisions, voulant le moment venu, livrer des écoutes sonores qui impliqueraient les membres du Cadre d’expression démocratique et ses soutiens.

« Le CED est une organisation qui ne vise que la restauration des bourreaux d’hier au mépris de la justice et de la vérité », a-t-il renchéri, ajoutant que le MOCAD estime que la manifestation projetée par le CED le 7 octobre prochain est « provocatrice et révoltante vu le contexte actuel ».

Mathias BAZIE

Laisser un commentaire