Accueil Economie Burkina: les assureurs veulent une offre de santé de qualité

Burkina: les assureurs veulent une offre de santé de qualité

le président de l'APSAB Monhamed JI Compaoré (en costume) avec le ministre de la Santé Charlemagne Ouédraogo

Des membres de l’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina Faso (APSAB) ont rencontré, le lundi 13 septembre 2021, dans les locaux de son département, le ministre de la Santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, au sein de son ministère. Le président de l’Association, Monhamed JI Compaoré, et ses collaborateurs; ont échangé avec le ministre, sur essentiellement trois sujets, notamment l’implication du secteur privé dans le financement de la santé, l’assurance maladie universelle et la nomenclature des tarifs des actes médicaux au Burkina Faso.

Les professionnels de l’assurance au Burkina Faso se préoccupent de la santé des Burkinabè. C’est dans cet esprit qu’ils ont rencontré, ce lundi, le patron du département de la Santé au Burkina Faso, Pr Charlemagne Ouédraogo, pour échanger sur des sujets y relatifs et qui entrent dans leur plan d’actions.

La délégation de l’APSAB en discussion avec le ministre de la santé

Dans leurs échanges, les membres de l’APSAB ont abordé la question de l’implication du secteur privé dans le financement de la santé. A ce titre, le président Monhamed JI Compaoré a souligné que les Burkinabè ont besoin d’une offre de santé de qualité et de ce fait, il importe d’investir dans ce secteur pour être à même de répondre à ce besoin. Pour lui, cette implication de tous est une nécessité, d’autant plus que nombre de patients sont évacués à l’étranger dans des polycliniques de référence, qui sont financées en grande partie par les compagnies d’assurance qui en sont des actionnaires.

Le président de l’APSAB reste convaincu que ces évacuations  de patients à l’extérieur, peuvent être évitées, avec un investissement du secteur privé dans les offres de santé au Burkina Faso, toute chose qui devrait permettre de disposer d’infrastructures de qualité. A cet effet, lui et ses homologues, à travers l’APSAB, entendent montrer la voie. En effet, explique le président Monhamed JI Compaoré, il existe depuis décembre 2020 au Burkina Faso, une loi qui autorise les personnes physiques, morales et privées d’investir dans le domaine de la santé. «Les assureurs ont à cœur de saisir cette opportunité pour faire des plateformes de diagnostic de référence et évoluer plus tard vers des plateformes de soin», a-t-il déclaré.

Photo de famille des visiteurs APSAB et leur hôte le ministre de la Santé

La délégation de l’APSAB, par la voix de son président, a indiqué que le chef du département de la Santé a été réceptif à leur message et n’a pas manqué de leur prodiguer des conseils et donné des orientations, lui qui «maîtrise parfaitement le sujet». Le ministre Ouédraogo a par ailleurs instruit ses services techniques d’accompagner les assureurs à travers des termes de références qu’ils vont partager avec les promoteurs de ce secteur des assurances.

La question de l’assurance maladie universelle a également été au menu des discussions entre le ministre de la Santé et ses visiteurs. Avec leur hôte, les membres de l’APSAB ont mené des discussions dans le sens d’améliorer la couverture sanitaire au Burkina Faso, à travers l’assurance maladie universelle. En clair, il s’est agi d’échanger sur des questions essentielles, en vue de renforcer l’assurance maladie universelle afin qu’elle soit profitable aux différents bénéficiaires.

Le président de l’APSAB Monhamed JI Compaoré

Le dernier point qui a fait l’objet d’échanges entre le ministre et les professionnels de l’assurance au Burkina Faso, a concerné l’arrêté conjoint pris par le ministère de la Santé et celui de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat pour fixer la nomenclature des tarifs des consommables essentiels. «Nous avons souhaité, à travers un dialogue avec tous les intervenants dans le secteur, que nous puissions tendre vers une nomenclature des tarifs des actes médicaux au Burkina Faso», a affirmé le président de l’APSAB, Monhamed JI Compaoré.

Les membres de l’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina Faso ont prévu d’autres rencontres avec des membres du gouvernement, notamment le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville. Ils ont pour ambition de révolutionner le secteur des assurances au Burkina Faso pour la satisfaction de leurs clients.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire