Accueil A la une Burkina: «Les FDS assument leur rôle de traque des groupes armés terroristes»...

Burkina: «Les FDS assument leur rôle de traque des groupes armés terroristes» (COTN)

Le commandant du Commandement des opérations du théâtre national (COTN), le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, a animé ce vendredi 24 juin 2022 à Ouagadougou, un point de presse sur la situation sécuritaire de ces trois dernières semaines. «Je voudrais rassurer les populations que les Forces de défense et de sécurité (FDS) assument leur rôle de traque des groupes armés terroristes», a dit le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni face à la presse.

Des responsables des questions de défense du territoire national, de sécurité intérieure et de l’humanitaire que sont le commandant du Commandement des opérations du théâtre national (COTN), le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, assisté par le ministre en charge de l’Action humanitaire, Lazare Zoungrana; le chef d’état-major de la gendarmerie nationale, le lieutenant-colonel Evrard Somda; le commandant de la Brigade nationale des Sapeurs-Pompiers (BNSP), le lieutenant-colonel Daba Naon et le directeur général de la Police nationale, Roger Ouédraogo, ont animé une conférence de presse ce vendredi dans la capitale burkinabè. Plusieurs points ont été abordés au cours de ces échanges avec les hommes de médias.

Au titre du premier point concernant les incidents sécuritaires, le commandant du COTN a signifié que sur la période des trois semaines écoulée, «la situation a été marquée par l’attaque lâche et barbare des populations civiles de Seytenga. Les autres incidents ont concerné les enlèvements de citernes, l’attaque de la mine de Karma, les prêches et autres intimidations contre les populations», a-t-il confirmé.

Le commandant du COTN, le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni

A la suite de l’attaque barbare, a poursuivi l’officier militaire, les Forces armées nationales (FAN) avec les concours des forces de sécurité intérieure, sont intervenues sur les plans opérationnel et humanitaire pour venir en aide aux populations.

«Sur le plan opérationnel, des unités d’interventions ont été déployées pour conduire des opérations de sécurisation dont la première phase a consisté à gérer les conséquences de l’attaque et la deuxième phase, la traque des barbares», a-t-il noté, ajoutant qu’à ce niveau, «tous les moyens incluant ceux des partenaires ont été mobilisés pour mettre hors d’état de nuire, ces individus». «La promesse (traquer et neutraliser les assaillants) faite par le chef de l’Etat aux populations de Seytenga sera tenue», a lancé le commandant du COTN.

Le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni a déclaré que la plupart des 86 personnes tuées par les groupes armés à Seytenga «ont été retrouvées dans des concessions».

Le deuxième point de ce rendez-vous avec les journalistes a concerné les actions offensives des FDS qui se poursuivent sur toute l’étendue du territoire en étroite collaboration avec les Volontaires pour la défense de la patrie (VDP) et les armées partenaires.

«Sur ce sujet précis, je voudrais rassurer les populations que les FDS assument leur rôle de traque des groupes armés terroristes qui refusent l’offre de dialogue du chef de l’Etat», a laissé entendre le commandant du COTN.

Commandement des opérations du théâtre national (COTN)

Les conférenciers au niveau du troisième point, ont abordé les actions que les FDS mènent au profit des populations. «Cette action pour les FDS est primordiale dans la lutte contre le terrorisme et se renforce davantage. Les populations, les acteurs économiques qui le souhaitent continuent de bénéficier des appuis quotidiens des FDS avec pour objectif principal de renforcer la résilience des populations qui acceptent de vivre dans des zones à fort défis sécuritaires», a mentionné le conférencier principal, Yves Didier Bamouni.

Le commandant du COTN a aussi donné des précisions sur les mesures d’interdiction de circulation d’engins motorisés dans les zones à fort défis sécuritaires. «Il est décidé d’interdire pendant une période de trois mois la circulation de moto de type Aloba, Sanili, ou fortune dans les zones à fort défis sécuritaires. Huit régions administratives sont concernées par cette mesure», a avancé le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni qui a précisé qu’il s’agit des régions de la Boucle du Mouhoun, des Cascades, du Centre-Est, du Centre-Nord, de l’Est, des hauts-Bassins, du Nord et du Sahel.

«Les autorités administratives compétentes préciseront les provinces, les communes ou les villages concernés par cette mesure. Une fois de plus, ces décisions répondent aux besoins de distinctions et de réduction des capacités opérationnelles des groupes armés», a-t-il insisté tout en appelant les populations à la compréhension du bien-fondé de ces décisions qui leur seront certainement préjudiciables.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire