Accueil A la une Burkina: les professionnels de l’assurance s’intéressent au secteur de l’immobilier

Burkina: les professionnels de l’assurance s’intéressent au secteur de l’immobilier

Le président APSAB Monhamed JI Compaoré ( gauche) en compagnie du ministre Sankara

Une délégation l’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina Faso (APSAB), conduite par son président Monhamed JI Compaoré, s’est rendue, le 17 septembre 2021, au cabinet du ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Me Bénéwendé Sankara, pour des échanges, avec leur hôte, sur le secteur de l’immobilier au Burkina Faso. Les discussions ont, en grande partie, tourné autour des questions comme le Code de l’urbanisme et de la construction, l’accompagnement des promoteurs immobiliers et la protection ainsi que la sécurité de leurs clients.  

L’Association professionnelle des sociétés d’assurance du Burkina Faso (APSAB) se penche sur le secteur de l’immobilier au Burkina Faso, avec pour souci majeur, l’accompagnement des promoteurs immobiliers et la protection des populations bénéficiaires des logements sociaux. C’est ainsi que l’association a été reçue en audience, le 17 septembre 2021, par le ministre de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, Me Bénéwendé Sankara, avec qui ses membres ont échangé sur des sujets tels que le  Code de l’urbanisme et de la construction, l’accompagnement des promoteurs immobiliers et la protection ainsi que la sécurité de leurs clients.

La délégation en discussion avec le ministre Bénéwendé Sankara

Le premier point relatif au Code de l’urbanisme et de la construction a dominé les débats entre le ministre et ses visiteurs. Ce Code prévoit une obligation d’assurance construction de la part des entrepreneurs, architectes, ingénieurs ou tout constructeur. Il a fait l’objet d’un décret d’application et d’un arrêté conjoint du ministère de l’Economie, des Finances et du Développement et celui de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville, rendant obligatoire le contrôle des chantiers pour vérifier l’effectivité du respect de la loi relative à l’obligation d’assurance.

«Ce contrôle n’est toujours pas effectif», a regretté le président de l’APSAB, Monhamed JI Compaoré, qui a noté que lui et ses collaborateurs ont demandé le soutien du ministre pour que celui-ci puisse instruire ses services techniques afin que le contrôle de l’obligation d’assurance construction soit désormais une réalité sur les chantiers.

Les assureurs ont, par ailleurs, confirmé leur entière disponibilité à accompagner efficacement le gouvernement dans la mise en œuvre de la politique d’un logement décent pour les populations. Pour ce faire, ils se sont dit «prêts à accompagner le programme de restructuration urbaine du gouvernement dans les 13 chefs-lieux de régions et à Pouytenga».

Photo de famille de la délégation de l’APSAB qui a rendu visite au ministre Sankara

La question de l’accompagnement des promoteurs immobiliers a également été soumise au ministre Bénéwendé Sankara. Pour les professionnels de l’assurance, les promoteurs immobiliers sont de plus en plus nombreux dans le pays et il convient de leur accorder l’attention qu’il faut. Ainsi, les assureurs ont-ils souhaité que le chef du département de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville instruise ses services techniques afin de leur faciliter des rencontres avec les promoteurs immobiliers.

«Des rencontres avec les promoteurs immobiliers, afin que nous puissions savoir comment les accompagner efficacement, eux et tous leurs clients, en offrant des solutions assurantielles efficaces qui vont faciliter l’acquisition des logements et protéger les clients et leurs ayants droit», a déclaré le président Monhamed JI Compaoré. Il a également laissé entendre que lui et ses collègues sont «prêts à poursuivre les pourparlers avec les promoteurs immobiliers pour inclure dans leurs offres les assurances incendie, décès, emprunteurs et caution, dans le but de sécuriser tout le processus».

En dernier point, la délégation de l’APSAB a informé son hôte du projet des états généraux de l’assurance du Burkina, qui se tiendront, en principe, en février 2022, avec le souhait d’obtenir une forte participation des services techniques de son ministère.

A en croire le porte-parole de la délégation, le président Monhamed JI Compaoré, les débats avec le ministre «ont été très constructifs. «Le ministre a fait montre d’une parfaite maîtrise du domaine et s’est montré pragmatique et a promis de nous soutenir», a affirmé le président de l’APSAB.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire