Accueil A la une Burkina: «L’institut Africain de Management est la locomotive des universités» (Dr Amed...

Burkina: «L’institut Africain de Management est la locomotive des universités» (Dr Amed Moussa Diallo)

Photo de famille entre les majors et les responsable de l'Université de l'Unité Africaine, ex-IAM

L’institut Africain de Mangement (IAM), devenu l’Université de l’Unité Africaine, a fait sa rentrée académique 2021-2022 dans la ferveur, ce jeudi 7 octobre 2021 dans ses locaux à la Zone d’Activités Diverses (ZAD) à Ouagadougou. «IAM, c’est la locomotive des universités au Burkina Faso», a lancé son Président du Conseil d’Administration (PCA), Dr Amed Moussa Diallo qui a invité les étudiants au travail et à la discipline afin de s’impliquer et participer activement aux activités académiques et pédagogiques pour recevoir une «meilleure formation». Chant des hymnes, national et de IAM, discours, remise de prix et présentation du logo de l’Université de l’Unité Africaine ont  été les temps forts de cette cérémonie.

Une vue de l’assistance à la rentrée académique 2021-2022 de IAM

Les «Iamois» et «Iamoises» qui devront s’appeler désormais les «Uamois» et «Uamoises», anciens comme nouveaux, ont assisté ce jeudi à la cérémonie de la rentrée académique 2021-2022 dans le creuset du savoir qui rassemble des étudiants de 17 nationalités différentes. En effet, ces nouveaux bacheliers et anciens étudiants de l’IAM, sont à la conquête de 24 diplômes de la prestigieuse université privée reconnus par le Conseil africain et malgache de l’enseignement supérieur (Cames).

IAM, le creuset des hommes et des femmes de «grandes valeurs et de grandes qualités capables de répondre aux exigences du monde du marché» 

La cérémonie visait à magnifier d’abord les majors de la promotion de l’année passée et surtout souhaiter la bienvenue aux nouveaux étudiants qui ont fait confiance à «la meilleure université du Burkina Faso» et aux anciens qui ont aussi renouvelé leur confiance à l’école en s’inscrivant, a indiqué Dr Amed Moussa Diallo, pour qui, «IAM, c’est la locomotive des universités au Burkina Faso».

Le Président du Conseil d’Administration de l’IAM, Dr Amed Moussa Diallo

Premier institut a passé au statut d’université, «IAM est une école sérieuse, rigoureuse qui a l’ambition de mettre sur le marché de l’emploi des hommes et des femmes de grandes valeurs et de grandes qualités capables de répondre aux exigences du monde du marché», a déclaré son PCA. «Cela demande qu’on soit exigeant et donc nous demandons votre implication, votre participation à la vie estudiantine pour que nous puissions à la fin de votre cursus, vous donnez la meilleure formation possible parce que nous avons les meilleurs enseignants de la place et du monde que nous faisons appel », a-t-il dit en s’adressant aux Etudiants.

Le présidium

Cette année étant la quinzième de IAM, avec le concours du ministère de l’Enseignement supérieur, l’école est passée d’institut à université. «Cette évolution a été faite parce qu’on a répondu à un cahier des charges très exigeant. D’ailleurs, on est le premier institut qui a acquis ce statut d’université» au Burkina Faso, a-t-il expliqué, rassurant que IAM ne va pas disparaître. «Il sera là et va côtoyer l’UA qui vise à rendre hommage à l’Afrique, aux 17 nationalités qu’elle accueille», a-t-il dit.

«Nous sommes dans un monde extrêmement compétitif et les entreprises cherchent les excellents»

Après trois mois, les responsables de l’UA ont souhaité la bienvenue aux nouveaux et anciens étudiants pour leur confiance renouvelée. Le passage du secondaire à l’université demande beaucoup d’exigences. «Ca demande une nouvelle façon de faire, de voir les choses, d’analyser d’autres approches. La connaissance, c’est vrai, c’est important, vous l’avez déjà, mais il y a d’autres facteurs beaucoup plus importants parce que le savoir seul ne suffit», a mis en garde le directeur général de l’Université de l’Unité Africaine (UA), Alioune Benga qui est convaincu qu’«on a beau avoir le savoir, s’il n’y a pas le savoir-être, le savoir-faire et le savoir-faire faire ça ne pourra jamais vous servir».

Alioune Benga, directeur général de l’Université de l’Unité Africaine, ex-IAM

En plus des aptitudes et des compétences à développer, les étudiants devront aussi avoir de bons comportements parce que c’est cela qui fera d’eux, les hommes de demain. «C’est cela qui fera de vous un acteur du développement de ce pays et du continent africain», a martelé M. Benga qui a insisté que «l’attitude et le comportement comptent beaucoup parce que c’est la combinaison de ces deux éléments qui mènent vers la réussite».

Les majors recevant leurs ordinateurs des mains du PCA, Dr Amed Moussa Diallo

«Nous sommes dans un monde extrêmement compétitif et les entreprises ne cherchent pas les bons ou les plus bons mais les excellents. C’est pour vous dire que vous avez un défi à relever. Donc soyez engagés, déterminés, persévérants et patients avant de leur souhaiter une très bonne rentrée académique», a prodigué le DG Alioune Benga.

Un Conseil scientifique très exigent

Le professeur Firmin Ouoba, président du Conseil scientifique de l’Université de l’Unité Africaine a insisté sur la qualité de la formation qui ouvre les portes du monde de l’emploi ou pour changer de structure universitaire, aux étudiants. M. Ouoba a également assuré que lui et son équipe veilleront à la qualité des enseignants qui sont notés et appréciés quant à leurs enseignements en faveur des apprenants.

Le Pr Firmin Ouoba remettant les bourses aux majors

«Pour votre passage en classe supérieur, c’est la même rigueur pour faire de vous des diplômés de qualité», s’est adressé le professeur à l’endroit des étudiants qui l’écoutaient religieusement. Les nombres d’heures d’enseignement, les enseignants et leurs parcours, la régularité des dossiers des élèves qui viennent s’inscrire, les diplômes de l’UA en respect des normes du Cames délivrés à la fin de l’année académique, sur tous ces points, «nous sommes très exigeants», a rassuré Pr Firmin Ouoba.

«Il ne faut pas croire que comme c’est un privé, on vient en promenade de santé. L’exigence, l’effort, le travail, seules ces valeurs feront votre honneur, celui de vos parents ainsi qu’à l’université», a conclu le président du Conseil scientifique de IAM.

La discipline et l’excellence, le cap à suivre selon les enseignants 

Le recteur de l’Université de l’Unité Africaine, Pr Roger Gandaho remettant un chèque

Le Pr Roger Gandaho, a, quant à lui, tenu à remercier le PCA, Amed Moussa Diallo, pour la confiance renouvelée qu’il lui a faite en le nommant à la fonction de recteur de l’Université de l’Unité Africaine. «Je tâcherai de ne pas décevoir. J’insiste que c’est tous ensemble que nous allons œuvrer pour hisser à la position de pôle d’excellence dans le système privé de l’enseignement supérieur au Burkina Faso et au niveau de notre sous-région», a déclaré M. Gandaho. «Impliquez-vous davantage et marchons ensemble pour parvenir à relever le défi de l’excellence», a-t-il lancé aux étudiants.

Le professeur Dahany Victor

Le représentant des enseignants de l’UA, Victor Dahany, appelé affectueusement le «Papy des enseignants», a signifié que IAM et l’UA sont l’une des rares écoles qui à la fin de chaque cours, note les enseignants dont le travail est apprécié pour garantir la qualité. «Si un enseignant ne répond pas aux exigences de qualités ou de la transmission de son savoir, on le remercie et on prend un autre parce que vous avez payé pour avoir droit à la qualité de l’enseignement», a-t-il soutenu, demandant aux étudiants d’adopter les bonnes attitudes et de s’armer de courage pour relever les défis.

«Le succès est incompatible avec la paresse et l’indiscipline. Il n’y a pas de réussite dans la pagaille et l’irresponsabilité», a-t-il mis en garde, souhaitant que les Uamois et Uamoises incarnent «l’excellence et la discipline».

Les agents de l’IAM

Les agents de l’UA ont été présentés aux étudiants qui les ont félicités par des applaudissements bien nourris au regard de leur importance dans l’université. Après cet acte, les majors de l’année passée ont reçu des prix composés de livres, d’ordinateurs et de bourses. Au total, ce sont dix majors qui ont reçu des livres contre quatre autres ayant obtenu des moyennes entre 16,01/20 et 16,51 qui ont été récompensés par des ordinateurs. Avec la moyenne comprise entre 16,56/20 et 17,53/20, les cinq premiers majors à IAM en 2021 ont eu chacun un ordinateur neuf. Il s’agit par ordre de mérite de Denis Gambo, Faridatou Solim Koriko, Tegwendé Octave Diétrich Zongo, Pingwindé Nadia Grace Edma Ouédraogo et Alimata Sawadogo.

Nassiratou Zongo, major 2021 de IAM

Bénéficiaire d’une bourse, Nassiratou Zongo, étudiante en Licence 3 en Transport logistic, a affirmé, au nom de tous les majors, que «ça fait vraiment plaisir» d’être major de sa promotion et de recevoir une récompense. «On a vraiment lutté car la compétition a IAM est vraiment rude pour être majori», fait-elle observer.

Le directeur académique, Pr Moussa Willy Batenga remettant un chèque au gagnant de la meilleure nationalité

Des chèques de 50 000 à 200 000 FCFA ont été également remis aux étudiants qui se sont fait remarquer lors des activités culturelles de IAM dénommée Journée de l’intégration.

Le logotype de l’Université de l’Unité Africaine est sous le signe UA avec la carte de l’Afrique. «Nous avons délibérément choisi de l’appeler UA au lieu de UUA. La couleur principale c’est le vert, le blanc et le jaune», a déclaré le PCA Dr Amed Moussa Diallo qui a expliqué la typographie montrant un U en vert qui continue de se prolonger en A. «La combinaison du U et le A représentent les mots Unité Africaine», a-t-il précisé.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire