Accueil A la une Burkina: l’opposition «soupçonne» la majorité de «fraude et corruption électorales»

Burkina: l’opposition «soupçonne» la majorité de «fraude et corruption électorales»

526
0
Les responsables de l'opposition ayant animé la conférence de presse

L’opposition politique burkinabè a animé son hebdomadaire conférence de presse ce mardi 22 septembre 2020 à son siège à Zogona (Centre-est) de Ouagadougou. Le regroupement de la trentaine de partis opposés au régime de Roch Kaboré, « soupçonne » le Mouvement du Peuple pour le Progrès (MPP, parti majoritaire), de « corruption et fraude électorales ».

Le Burkina Faso organise son élection couplée (présidentielle et législatives) le 22 novembre prochain. A deux mois de ces scrutins, l’opposition attire l’attention des populations et des autorités en charge de la tenue des élections à propos de fraudes, achat de conscience et autres corruptions en vue.

« Il nous est revenu, de nos structures locales, que dans plusieurs localités du Burkina notamment l’arrondissement 9 de Ouagadougou, à Réo dans le Sanguié et Korsimoro dans le Sanmatenga, des individus proches du pouvoir collectionnent des cartes d’électeurs et des photocopies de cartes d’électeurs, notamment auprès des femmes. Ce, en promesse d’aides », a déclaré Abdoulaye Arba, président du Parti des militants pour le peuple (PMP).

L’opposition politique « soupçonne que des militants du MPP utilisent le programme d’aide Covid-19 et les Fonds d’appui aux femmes à des fins électoralistes », a renchéri M. Arba, pour qui, « collectionner des cartes d’électeurs, en échange de récompenses ou de promesses n’est rien d’autre que de la corruption électorale, sévèrement punie par nos lois ».

A en croire les conférenciers, « avec un bilan macabre, le MPP et ses amis savent que c’en est fini pour eux. Leurs seuls recours, c’est la fraude et la corruption », ont-ils enfoncé tout en prévenant qu’ils seront « très vigilants et sans pitié envers les individus qui s’adonneront à ces pratiques ».

A signaler que la réception des dossiers de candidatures aux élections législatives du 22 novembre 2020 a débuté le jeudi 17 septembre 2020. Celle de la présidentielle est prévue du 28 septembre au 3 octobre.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire