Accueil A la une Burkina: plus de 7 000 détenus dénombrés au 31 décembre 2019

Burkina: plus de 7 000 détenus dénombrés au 31 décembre 2019

339
0

Plus de 7 000 détenus ont été dénombré dans les Etablissements pénitentiaires (EP) du Burkina Faso à la date du 31 décembre 2019, selon la Direction générale des études et des statistiques sectorielles (DGESS) du ministère burkinabè de la Justice.

Selon le ministère burkinabè de la Justice, au 31 décembre 2019, on dénombrait au total « 7 359 détenus dans les Etablissements pénitentiaires (EP) contre 7 812 à la même période en 2018, soit une baisse de 5,8% ».

On note au cours de la dernière décennie, un rythme de progression annuelle moyenne de 3,9%, le nombre de détenus dans les prisons.

« La proportion de détenus en attente de jugement à fin décembre 2019 est de 40,5% dont 26,0% de mis en examen et 14,5% de prévenus », une proportion qui « a augmenté de 3,8% par rapport à 2018 », lit-on dans une note du ministère sur sa page Facebook.

Cette augmentation se justifie par « l’augmentation de la proportion des mis en examen et des prévenus qui passent respectivement de 24% à 26,0% et de 12,7% à 14,5% entre 2018 et 2019 ». En fin décembre 2019, les condamnés représentent 59,5% des détenus.

« De façon globale, bien que le nombre de détenus ait baissé de 5,8% en 2019, certains EP ont vu leur effectif croître. C’est le cas de Baporo (293,3%), de la Prison de haute sécurité (PHS) (39,9%), des Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Diapaga (19,8%), de Diébougou (14,9%), de Léo (26,5%) et de Tenkodogo (8,8%). Les plus fortes baisses sont enregistrées dans les EP de Djibo (-72,8%), de Bogandé (-42,9%), de Nouna (-29,3%) et de Dori (-20,3%) », poursuit la note du ministère de la justice.

Les taux d’occupation les plus préoccupants sont observés dans les EP de Bobo-Dioulasso (373,9%), de Diapaga (226,7%) et de la Prison de Haute Sécurité (160,8%).

Dans les Maisons d’arrêt et de correction de Djibo on note 33,3%, Yako 56,7%, Kongoussi 61,7%, Nouna 68,3%, Koupéla 88,3%, Tougan 87,5% et 91,7% à Dori. Seule ces établissements ne connaissent pas de surpopulation carcérale.

« Le ratio détenus-Garde de sécurité pénitentiaire (GSP) dans les Etablissements pénitentiaires est de 4,2 et est légèrement en baisse de 0,6 point par rapport à 2018. Les Maisons d’arrêt et de correction (MACO) de Ouagadougou et de Diapaga connaissent les taux d’encadrement les plus élevés, soit 7,8 détenus par GSP à la MACO et 6,6 détenus par GSP à la MAC de Diapaga ».

Cliquez ici pour télécharger le TABLEAU_DE_BORD-2019_JUSTICE

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire