Accueil A la une Burkina: près de 18 000 déplacés internes en deux mois

Burkina: près de 18 000 déplacés internes en deux mois

Des déplacés internes au Burkina

Le Burkina Faso a enregistré un record de près de 18 000 personnes déplacées internes en deux mois, c’est l’information qu’a donnée, hier mercredi 5 mai 2021, le ministre de la Femme, de la Solidarité nationale, de la Famille et de l’Action humanitaire, Laurence Ilboudo Marchal, lors du traditionnel Conseil des ministre à Ouagadougou, sous la présidence de Roch Marc Christian Kaboré.

C’est au total 17 924 déplacés internes qu’a enregistrés le Burkina Faso dans l’espace de deux mois, selon les chiffres donnés par le ministre en charge de la Femme, suites aux récentes attaques terroristes dans les régions de l’Est, du Nord, du Centre-Nord et du Sahel.

Lors de ces deux derniers mois, les populations de ces régions ont enregistré d’importantes pertes en vies humaines et matérielles dans des attaques des groupes armés terroristes. En effet, des individus armés non-identifiés communément appelés Hani patrouillaient dans ces régions en tuant, saccageant et incendiant des domiciles, des greniers à céréales ainsi que des Centres de santé.

Par exemple, l’on cite la récente attaque du village Kodyel à l’Est du Burkina, le 3 mai dernier, par des Hani. Cette attaque a causé la mort d’une trentaine de personnes, et des greniers incendiés, des CSPS saccagés, ainsi que des déplacements.

Cependant, le Conseil a tenu à saluer les actions urgentes d’accueil et de logement par des familles hôtes ainsi que l’appui alimentaire et matériel auxdites populations par les structures étatiques habilitées. Aussi, des félicitations ont été adressées aux Forces de défense et de sécurité pour la sécurisation des convois humanitaires.

Le 3 février 2021, l’Organisation Non Gouvernemental (ONG) de l’Action Contre la Faim (ACF) indiquait, plus tôt, dans un article qu’au Burkina Faso, « le nombre de déplacés internes a doublé en l’espace d’un an, pour atteindre, aujourd’hui le nombre astronomique de plus d’un million de déplacés ».

Depuis 2015, le Burkina Faso est confronté à la présence de groupes armés avec des incidents sécuritaires répétitifs. Les premiers déplacés ont été enregistrés en février 2017 au Nord, dans les provinces de Soum et Loroum. Mais aujourd’hui, les déplacements sont observés sur l’ensemble du territoire avec un nombre encore plus élevé.

Oumpounini MANDOBIGA (stagiaire)

Laisser un commentaire