Accueil Politique Burkina/Session parlementaire: le groupe CDP fait le bilan de sa participation

Burkina/Session parlementaire: le groupe CDP fait le bilan de sa participation

Des députés du groupe parlementaire CDP

Le groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) qui était face à la presse, ce mardi 1er juin 2021, a fait le bilan de la première session ordinaire de l’Assemblée Nationale burkinabè, à laquelle il a pris part du 3 mars au 28 mai 2021.

Après trois mois de travaux en session ordinaire, le groupe parlementaire Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) qui compte en son sein 15 membres, a rencontré la presse, ce mardi 1er juin 2021 pour parler de ce qui a été fait au cours de cette première session.

Selon le président du groupe parlementaire CDP, Achille Tapsoba, ce sont 30 projets de lois qui ont été adoptés au nombre desquels, 20 projets de lois portant sur des accords de ratification, quatre résolutions portant validation de mandats des députés et l’élection de juges parlementaires et dix autres lois ordinaires, que sont, entre autres, la loi portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel, la loi portant prorogation du mandat des conseils municipaux et régionaux des communes et régions du Burkina Faso, et la loi portant régime de sécurité sociale, applicable aux agents publics de l’Etat et celle applicable aux travailleurs salariés du privé.

Si le groupe parlementaire CDP a donné son quitus pour l’adoption de ces lois, il s’est par contre abstenu au vote de la loi de finance rectificative, justifiant cela par le fait «qu’elle dénote d’une insuffisance dans la gouvernance financière (du) patrimoine commun».

«Autre fait marquant de cette session ordinaire, le 20 mai dernier, en application de l’article 109 de la Constitution, le Premier ministre (Christophe Dabiré) a fait une Déclaration sur la Situation de la Nation. Au cours de cet exercice, les députés de notre groupe ont jugé insuffisantes les réalisations du gouvernement au regard de l’immensité des attentes et des besoins prioritaires des populations et exprimé des préoccupations sur des sujets d’intérêt national, sectoriel et local au nombre desquelles la sécurité, la réconciliation nationale, la cohésion sociale et la relance économique figuraient en bonne position», a rappelé le député Tapsoba.

A l’issue des élections de novembre 2020, le Congrès pour la démocratie et le progrès s’en est sorti avec 20 députés et 15 ont formé le groupe parlementaire CDP et les cinq autres ont mis en place, avec d’autres députés, le groupe parlementaire Paix, justice et réconciliation nationale (PJRN).

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire