Accueil A la une Burkina: vers une réhabilitation du lycée Philippe Zinda Kaboré?

Burkina: vers une réhabilitation du lycée Philippe Zinda Kaboré?

Le ministre Stanislas Ouaro au plateau du Tribunal de l'actualité

«Nous souhaitons que les études architecturales du lycée soient achevées d’ici décembre pour qu’en octobre 2022, nous puissions ouvrir un lycée complètement réhabilité», a déclaré le mardi 14 septembre 2021 le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales, Stanislas Ouaro, sur le plateau du Tribunal de l’actualité de 3tv et Wat FM. Pour le ministre, le plus grand défi est la réhabilitation en profondeur du lycée afin que celui-ci redevienne un établissement d’excellence comme il l’était auparavant.

Le ministre de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales Stanislas Ouaro était invité le 14 septembre 2021 au Tribunal de l’actualité de 3tv et Wat FM où il est revenu sur la fermeture du plus grand établissement d’enseignement secondaire du Burkina Faso, le Lycée Philippe Zinda Kaboré. Selon le ministre Ouaro, la fermeture de cet établissement s’explique par une volonté de le réhabiliter «en profondeur» après sa mise à sac lors des manifestations des élèves en mai 2021.

Le chef du département en charge de l’Education nationale a confié qu’un travail est fait pour qu’une ouverture du lycée soit possible en octobre 2022. «Nous souhaitons que les études architecturales du lycée soient achevées d’ici décembre pour qu’en octobre 2022, nous puissions ouvrir un lycée complètement réhabilité», a-t-il déclaré au plateau de nos confrères de 3tv et Wat FM. Le ministre Ouaro a exprimé son souhait que le lycée Philippe Zinda Kaboré redevienne un établissement d’excellence comme il l’était auparavant.

Le responsable de l’Education nationale, de de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues Nationales s’est également prononcé sur le redéploiement des élèves du Zinda dans d’autres établissements et a rassuré les opinions qui craignent une surcharge des élèves dans les salles de classe. «En ce qui concerne la peur de surcharge des élèves dans les classes, un travail a été fait par arrondissement et en fonction des possibilités des établissements. Par ailleurs, les nouveaux établissements que nous avons créés vont permettre d’absorber une grande partie des élèves du lycée Philippe Zinda Kaboré», a fait savoir le ministre Stanislas Ouaro.

Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire