Accueil A la une CAN 2019: la décantation commence et les rêves naissent!

CAN 2019: la décantation commence et les rêves naissent!

821
0
Les Ecureuils du Bénin font rêver tout un peuple (Ph. d'archives)

Quelques exploits d’outsiders et on passe au cours normal de la compétition. La Coupe d’Afrique des nations 2019 retrouvera la logique de la domination des grands à partir des huitièmes de finale. L’Egypte, le Maroc, la Côte d’Ivoire, l’Algérie, le Nigeria, la Tunisie, la République démocratique du Congo (RDC), le Sénégal, le Cameroun et le Ghana, sortent, non sans quelques frayeurs pour certains, du lot. La RDC qui a enregistré deux défaites fait partie sans doute des nations de football qui sont passés sur le fil mais qui auraient pu rester dans la nasse. Les Léopards ont subi la loi du pays hôte, l’Egypte et de l’Ouganda face auquel ils ont été méconnaissables, avant de se rattraper contre le Zimbabwe. Le Sénégal, tout comme la Côte d’Ivoire n’ont pas non plus ré non plus réalisé leur meilleure prestation durant ce premier round. Que dire du Nigeria suite à sa petite sortie sanctionnée par une défaite 0-2 contre le petit poucet malgache? Le Ghana des frères Ayew, André le capitaine et Jordan, n’est pas logé à meilleure enseigne que le Cameroun, les deux pays s’étant contentés d’une victoire contre l’inexpérimentée Guinée Bissau et d’un nul face aux surprenants Ecureuils du Bénin. Et c’est avec les mêmes trois points que les Béninois, que la Tunisie, considérée comme une «grande» équipe en Afrique se faufile en 8ès de finale.

C’est clair, les paradigmes du football ont changé sur la planète entière. Et le ballon est rond pour tout le monde, les «grands» comme les «petits». Désormais, les Lions sont devenus domptables par les Ecureuils et les Léopards ont perdu leurs griffes si acérées d’antan qui leur permettaient de déchiqueter les Grues (The Cranes) de l’Ouganda. La 32è CAN qui est la première édition du passage de 16 à 24 équipes est certainement celle des nivellement des valeurs par le bas, mais elle est en train d’opérer sa décantation et les invités-surprise du deuxième tour doivent faire plus que des exploits pour continuer à rêver et à faire rêver leurs supporters. A la phase des éliminations directes, plus aucun calcul n’est de mise et chaque pays joue crânement sa chance en espérant finir la compétition sur la plus haute des marches. C’est dans ce sens que les Béninois y croient fortement sur les réseaux sociaux. Illustration par la comparaison entre le Bénin de 2019 et le Prtugal de l’Euro 2016:  «Euro 2016: Le Portugal est dans le groupe F, fait 3 matchs nuls, finit meilleur troisième, CR7 fait un doublé au premier match qui se termine par 2-2. Le Portugal finit par remporter le trophée. CAN 2019: Le Bénin est dans le groupe F, fait 3 matchs nuls, finit meilleur troisième, POTE (le numéro 10 béninois, NDLR) fait un doublé au premier match qui se termine par 2-2…Et le Bénin…(Je Réfléchis)». Ainsi réfléchissait dans un groupe WhatsApp de Béninois, un supporter des Ecureuils. Tout le monde, surtout les supporters, voit son équipe soulever le trophée au soir du 19 juillet au pays des Pharaons. Pourquoi pas?

En attendant le verdict final, l’écrémage suit son cours presque normal, sommes-nous tentés de dire et chaque garde l’espoir ferme de survivre aux étapes des 8ès, quarts, demies et finale pour accrocher une étoile à la tunique nationale.

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire