Accueil A la une CAN 2021/Etalons: «Si on joue comme on l’a fait face à l’Éthiopie,...

CAN 2021/Etalons: «Si on joue comme on l’a fait face à l’Éthiopie, il n’y a pas d’espoir pour la suite»

Les Etalons du Burkina Faso en huitièmes de finale de la CAN

Les Etalons du Burkina Faso se sont qualifiés, lundi 17 janvier 2022, en huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations (CAN) Cameroun 2021, après leur match nul (1-1) face à l’Ethiopie. Wakat Séra a donné la parole à des journalistes sportifs burkinabè qui ont décrypté le parcours des hommes de Kamou Malo, le sélectionneur national, et pour l’ensemble, l’équipe a réalisé des prestations «moyennes». Selon ces analystes, il faut, pour le coach, urgemment corriger les erreurs commises pendant les phases de poules pour espérer aller loin dans la compétition.

Lassina Sawadogo, RTB: «Si on joue comme on l’a fait face à l’Éthiopie, il n’y a pas d’espoir pour la suite»

Après les trois rencontres disputées avec des fortunes diverses, il y a beaucoup d’interrogations, mais la première des choses qu’il faut retenir d’abord c’est la qualification, ce qui n’était pas évident au départ. Après, dans le contenu, il y a beaucoup de choses à redire, il y a beaucoup de choses à parfaire dans ce contenu. Le match face à l’Éthiopie a laissé transparaître beaucoup d’imperfections, parce que techniquement, les Étalons étaient trop justes et même hors de la plaque. Ce qui est simple généralement est devenu compliqué lors de ces derniers matchs à Bafoussam au Cameroun, des fautes techniques à l’appel, des problèmes de placements, des problèmes de timing de passes, la lucidité dans les passes, beaucoup de choses qui ne permettent pas de pouvoir tirer un bilan satisfaisant. Mis à part le plan comptable, le contenu peut laisser planer un grand doute sur la capacité des Étalons à faire rêver encore le peuple burkinabè. Néanmoins,  il y a des circonstances atténuantes, parce que depuis le début de la compétition, le Burkina Faso a eu la malchance d’avoir toujours été frappé par des histoires de Covid-19, et du coup d’être secoué psychologiquement dans le groupe. Ce qui a fait que beaucoup n’ont pas pu se préparer avec les autres comme il se devait. C’est pratiquement la première fois que le groupe se retrouve avec un seul covidé, le gardien titulaire Hervé Koffi. Les autres sont revenus, mais avec des formes physiques disparates, parce qu’étant restés en confinement pendant un bout de temps. On est qualifié, c’est le plus important. Il y a le temps maintenant, au moins cinq jours pour se préparer ensemble et retrouver de la fraîcheur physique et pouvoir aborder avec beaucoup de tact les huitièmes de finale. C’est ce qu’il faut retenir. Mais si on joue comme on l’a fait face à l’Éthiopie, il n’y a pas d’espoir pour la suite. Les Étalons ont montré leur plus mauvais visage face à l’Éthiopie, donc on ne peut pas tomber plus bas. Il faut surtout espérer qu’on soit à notre meilleur niveau comme face à l’Algérie à Blida. Dans cette configuration, avec les joueurs qui sont là, il y a de fortes chances qu’on puisse faire beaucoup mieux. Et je pense que les Étalons et le sélectionneur sont conscients de cela, et l’un dans l’autre on doit pouvoir espérer avoir un bien meilleur visage des Étalons en huitièmes de finale en entendant bien sûr de savoir qui sera notre adversaire.

Adama Salembéré, AIB: «l’utilisation des hommes par le sélectionneur pose problème»

C’est une qualification au goût amer. La prestation des Etalons dans l’ensemble des trois matchs disputés a été moyenne et il va falloir se ressaisir. Ce n’est pas ce qu’on attendait des Etalons, parce que nous avons vu cette même équipe se qualifier brillamment à l’issue des phases éliminatoires.  De même les prestations pendant les éliminatoires de la Coupe du monde ont été bien meilleures que celles qui nous sont données à voir pendant cette CAN. Pour cause, l’utilisation des hommes par le sélectionneur Kamou Malo pose problème. En effet, il veut faire du capitaine Bertrand Traoré, le maître à jouer de son équipe alors que ce joueur manque de compétitions. Son positionnement sur le terrain a même grippé le jeu de Gustavo Sangaré avec une confusion de rôle. Le coach aurait mieux fait de le ménager pour même aider le joueur à se rattraper. Aussi, l’équipe a concédé ses trois buts sur penalty, cela veut dire qu’il y a un problème au niveau de la défense. Donc il y a un certain nombre de réglages qu’il faudrait faire sur le plan défensif pour encore apporter beaucoup plus de sérénité. Au milieu de terrain, le sélectionneur dans sa liste des 29 sélectionnés, n’a pas semblé beaucoup en tenir compte. Chaque fois ce sont les deux pistons, Blati Touré et Adama Guira qui sont alignés, et quand on regarde sur le banc de touche, il n’y a pas vraiment de pièces de rechange digne de ce nom.  En fait, nous avons plus d’attaquants que de milieux de terrain. Évoluer dans une telle compétition de haut niveau, c’est un secteur qui est très important. Pour espérer aller loin dans cette compétition, le coach devra se ressaisir et classer les joueurs en fonction du travail effectué lors des préparations de matchs, en un mot, mettre les hommes à la place qu’il faut.

Mamadou Zongo, InfoH24: «Une qualification à l’arrachée, dans la douleur»

C’est une qualification à l’arrachée, dans la douleur. Il y a beaucoup de choses à refaire sur le plan tactique, parce que sur le terrain, on voit que les Etalons ont très souvent du mal à communiquer, à se retrouver sur le terrain. Et s’il y a la pression, l’équipe adverse arrive à se créer de bonnes occasions. Heureusement qu’on a la chance d’être sauvés par nos gardiens, d’abord Hervé Koffi qui a fait deux matchs exceptionnels et ensuite Sofiane Farid Ouédraogo qui a réussi un bon match contre l’Ethiopie. Les trois buts ont été concédés sur penalty et il faudrait éviter de commettre certaines fautes dans la surface. Il faut que le coach essaie de revoir certaines choses, par exemple trouver un latéral gauche de métier et en la matière, il y a Oulas Abass Traoré qui a déjà bien joué à ce poste. A l’attaque, ça pêche souvent au niveau de la dernière passe ou dans le dernier geste. Ainsi, on gaspille les occasions. Il faut donc se ressaisir et essayer de marquer autant de buts que possible, parce qu’avec un but, on n’est pas à l’abri. Il faut une réorganisation au sein de l’équipe pour aborder ces huitièmes de finale. Si rien n’est amélioré au niveau du jeu, je ne pense pas qu’on puisse faire bonne figure au niveau de ces huitièmes de finale. Si on a besoin de se qualifier, il faut qu’on revoie le jeu, que les joueurs se remettent au boulot et communiquent sur le terrain.

Lino Ramde, Filinfos: «O  n fait des prestations moyennes en deuxième période»

J’ai trouvé la prestation des Etalons moyenne tout au long de cette phase de poule dans le groupe A. Quand on regarde le premier match, on a bien débuté la rencontre, mais on a été punis par des erreurs défensives et c’était pareil pour le troisième match. Quand on regarde l’ensemble de la compétition, nous avons mal en notre défense, c’est-à-dire qu’on commet des erreurs qui apportent le danger dans notre camp. On a encaissé trois buts dans cette phase de poules, tous les trois sur penalty. Pour une défense, ce n’est pas un bilan reluisant. Donc il va falloir être discipliné pour la suite de la compétition. Dans l’ensemble, on fait des prestations moyennes en deuxième période, on l’a remarqué contre le Cap-Vert où l’équipe a marqué et elle est entrée dans une gestion du match qui ne mettait pas forcément à l’abri. On l’a vu aussi contre l’Ethiopie en deuxième mi-temps où on s’est totalement éteints laissant le ballon aux Ethiopiens. Ce sont des éléments qu’il faudrait corriger. C’est vrai qu’on n’est pas au top physiquement, il va falloir trouver les hommes qui vont répondre physiquement tout au long des matchs. Quant à la chance des Etalons pour la suite, on voit que nos probables adversaires sont le Maroc, le Ghana ou le Gabon. Ce ne sont pas de petites équipes, ce sont de grandes nations de foot sur le continent africain. Il va falloir être discipliné tactiquement et au top physiquement pour pouvoir aller loin dans cette compétition. C’est une CAN où les surprises peuvent venir de partout, l’a vu dans le match Guinée Equatoriale-Algérie, personne ne s’attendait à une victoire des Equato-guinéens mais c’est arrivé. C’est une CAN, il faudra rester vigilant et discipliné, ça sera vraiment ce qui pourra nous faire avancer dans cette compétition.

Propos recueillis par Siaka CISSE (Stagiaire) 

Laisser un commentaire