Accueil A la une CEDEAO: le pied de nez de deux colonels putschistes!

CEDEAO: le pied de nez de deux colonels putschistes!

Les colonels Assimi Goïta et Mamady Doumbouya (Photo montage koaci.com)

Quand deux putschistes se rencontrent à la veille d’un important sommet qui les menace de sanctions, que peuvent-ils bien se dire?

Si la question reste pour l’instant sans réponse, la situation elle, se présente sous la forme d’un pied de nez géant que le Malien Assimi Goïta et le Guinéen Mamadi Doumbouya, font à la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO), tirant profit d’un hasard du calendrier qui fait coïncider la fête nationale du Mali avec une réunion des chefs de l’Etat de la sous-région, qui se tient ce jeudi à New York, en marge de la 77è Assemblée générale de l’Onu. En effet, c’est à son voisin et frère d’arme que le colonel Mamadi Doumbouya a réservé son premier séjour hors des frontières de son pays, depuis sa prise de pouvoir par les armes le 5 septembre 2021.

Aux côtés de son homologue putschiste, le tombeur d’Alpha Condé qui avait également opéré un coup d’Etat civil pour entamer un 3è mandat présidentiel anticonstitutionnel, le chef de la junte militaire au pouvoir en Guinée, célèbrera donc le 62è anniversaire de l’accession du Mali à la souveraineté internationale. Mais c’est une fête qui pourrait bien virer au cauchemar pour les deux hommes qui ont opté de défier la communauté internationale, notamment la CEDEAO qui à son tour, entend bien les faire rentrer dans les rangs.

Mais pourquoi les nuages s’épaississent-ils autant entre le binôme malien et guinéen et Abuja, la capitale nigériane, siège de l’institution dont le Bissau-Guinéen Umaro Sissoco Embalo assure depuis le 3 juillet dernier la présidence tournante? La pomme de discorde entre l’organisation sous-régionale et le colonel Mamadi Doumbouya demeure cette transition de 36 mois à laquelle s’arc-boute le putschiste, envers et contre la CEDEAO qui lui offre le même tarif de deux ans qu’elle a servi aux autres putschistes, en l’occurrence, le Burkinabè Paul-Henri Sandaogo Damiba et Assimi Goïta. Mais le tout nouveau patron de la CEDEAO, lui-même officier de l’armée de son pays dans une vie récente, reste également droit dans ses…rangers, certain de réussir à faire avaler la pilule des deux ans de transition à Mamadi Doumbouya.

Dans sa mission, le président de la CEDEAO, ne manquera pas de soutien, ses pairs ouest-africains ayant déjà montré dans le scénario malien, qu’ils pouvaient être intraitables en matière de prise de sanctions financières et commerciales draconiennes pour ramener une junte de ses ambitions de transition démesurée, de 5 ans à bien moins. Des mesures que le chef de la junte malienne, malgré la levée de certaines d’entre elles, entend faire payer au président ivoirien, Alassane Ouattara qu’elle accuse d’être de la ligne dure qui les a prises.

En tout cas, profitant de dysfonctionnement, de manquements et d’incompréhensions certaines qui ont entouré une mission de 49 militaires ivoiriens au Mali, le colonel Assimi Goïta s’est saisi de ces hommes à qui il a fait porter des casquettes de «mercenaires» pour les faire juger et les garder en détention. Mais très vite, il a montré à la face du monde que les soldats ivoiriens dont il a libéré trois, des femmes, sont «ses otages» qu’il a opté d’échanger contre des dignitaires de l’ancien régime du défunt président Ibrahim Boubacar Keïta, qui ont fui les rives du Djoliba pour échapper à la chasse à l’homme lancée par le colonel et ses sbires. Et le ravisseur de Bamako, surfant sur cette tension inutile qu’il a créée, contre les principes élémentaires du bon voisinage et de la légendaire fraternité africaine, ne cesse de tourner en bourrique, plusieurs médiateurs dont le Togolais Faure Gnassingbé qui s’est impliqué dans la résolution de cette crise.

Quels seront les atouts de la CEDEAO pour faire plier les colonels qui font la fête sous un ciel qui peut leur tomber sur la tête à tout moment, s’ils n’y prennent gare? C’est certain, la partie sera serrée entre les putschistes manipulateurs d’une partie des populations malienne et guinéenne qu’ils ont conquises à leur cause, à coup de propagande, et la CEDEAO qui n’a pas toujours servi les intérêts des peuples pour lesquels elle a été mise en place, habituée qu’elle est de la politique de l’autruche en face des dérives de chefs de l’Etat démocratiquement élus mais experts en mal gouvernance et bâillonnement de leurs concitoyens.

Le sommet extraordinaire de la CEDAO de ce jeudi accouchera-il d’une toute petite souris où réussira-t-il à ramener la diplomatie dans le jeu pour apaiser la tension entre elle et les juntes militaires malienne et guinéenne? En tout cas, la cocotte-minute siffle!

Par Wakat Séra

Laisser un commentaire