Accueil A la une Coronavirus au Burkina: les Investisseurs Sans Frontières saluent les mesures d’accompagnement

Coronavirus au Burkina: les Investisseurs Sans Frontières saluent les mesures d’accompagnement

1622
1
Arouna Nikiéma, président de ISAF

Le président des Investisseurs Sans Frontière (ISAF), Arouna Nikiema, a salué, sur la radio privée Oméga, les mesures d’accompagnement prises par le chef de l’Etat burkinabè dans le cadre de la lutte contre le Coronavirus qui a touché en moins d’un mois, près de 300 personnes.

«Nous au niveau de ISAF sommes très heureux parce que nous avons aujourd’hui reçu du chef de l’Etat, toute l’assurance qu’il y aura au niveau de l’économie une bonne relance», a déclaré M. Nikiema qui s’est également réjoui qu’au niveau de la fiscalité comme au niveau bancaire, les mesures prises par le chef de l’Etat soient rassurantes. «De manière globale, sur le plan économique nous sommes satisfaits au niveau de ISAF», a-t-il affirmé.

«Nous avions déjà fait quelques propositions à l’Etat et en tant que chefs d’entreprises nous avons mis en avant, des stratégies pour une relance économique», a révélé Arouna Nikiema. Selon lui, au sortir de cette crise, «le visage économique (comme) les habitudes vont changer» au Burkina. «Il y aura forcément de nouvelles niches à exploiter après cette crise», a noté Arouna Nikiema qui a salué, entre autres, la mesure devant consister à «créer une zone franche pour pouvoir permettre à l’industrie pharmaceutique de se développer» en vue de soutenir la médecine.

Les Investisseurs Sans Frontières souhaitent que «les mesures d’accompagnement continuent d’avoir cours, pendant six mois après la crise, pour soutenir le secteur économique» qui est déjà fortement touché par les effets pervers du Covid-19 qui, il faut le rappeler a déjà fait 16 morts au Burkina Faso.

Par Bernard BOUGOUM

1 Commentaire

  1. ISAF, le plus important il me semble, ce n’est pas de montrer votre satisfaction tout de suite, car aucune réponse n’a été faite face aux problèmes des entreprises. Le président a lancé des mesures « à la sauvette » et vous demande de lui soumettre vos préoccupations pour des concertations futures. 100 milliards ont été déjà positionnés pour accompagner les plans de relance économiques qui vont découler des concertations.
    Vous devez poser des questions et trouver des arguments pour conditionner positivement le gouvernement à accepter vos propositions à la suite des concertations. Advenant que les plans de relance à élaborer dépasse le budget de 100 milliards, comment allez-vous faire ? Un exemple simple : tous les hôtels sont presque arrêtés. Ces hôtels ont suspendu les contrats de travail du personnel pour au moins 3 mois. Est ce que l’état est prêt à donner au moins 3 mois de salaire au personnel suspendu ? L’état peut-il demander à la CNSS de prendre en charge des indemnités COVID-19 au personnel des hôtels du fait de cet arrêt de travail ? Comment qualifier cet arrêt de travail ? est ce un accident de travail ? est ce pour cas de force majeur ? Voilà la préoccupation majeure.
    nous attendons de lire rapidement votre diagnostic des dommages liés au COVID-19 suite aux mesures prises par l’Etat qui impactent négativement sur les entreprises.
    Bonne réflexion

Laisser un commentaire