Accueil Monde Côte d’Ivoire: des pros Gbagbo dispersés par la police, Alassane Ouattara très...

Côte d’Ivoire: des pros Gbagbo dispersés par la police, Alassane Ouattara très attendu

706
0
Manifestation à Abidjan (Ph. Koaci.com)

La police ivoirienne a dispersé à coups de matraques et de gaz lacrymogènes, ce jeudi 6 août 2020, à Abidjan, une manifestation des partisans de l’ex-président Laurent Gbagbo qui dénonçaient l’«absence» de leur champion sur la liste électorale.

Les manifestants protestaient vigoureusement à l’aide de jets de pierre, barrage des bitumes menant principalement à la Commission électorale indépendante (CEI), l’organe électoral qui aurait ainsi écarté du vote, l’ancien président ivoirien, à trois mois de la présidentielle.

Toute la matinée, le quartier des Deux-Plateaux d’Abidjan où siège la CEI, a été le théâtre de course-poursuites, précisément au «carrefour Duncan». Et pour cause, les forces de l’ordre cherchaient à déguerpir les pro-Gbagbo ayant brûlé des pneus sur les principales chaussées.

Selon des médias locaux, les manifestants ont promis maintenir le rythme de leur combat jusqu’à ce que le nom de leur leader soit retenu sur la liste électorale.

L’ancien président qui était détenu à la Cour pénale internationale (CPI), mais acquitté depuis janvier 2019, et qui vit actuellement à Bruxelles d’où il fait des pieds et des mains pour rentrer en Côte d’Ivoire avant le 31 août, est sous le coup d’une condamnation de la justice ivoirienne, ce qui l’empêcherait d’office d’être candidat ou électeur à la présidentielle d’octobre prochain.

En effet, la justice ivoirienne avait condamné, par contumace, Laurent Gbagbo à 20 ans de prison pour le «braquage» de l’agence nationale de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest pendant la crise post-électorale de 2010-2011.

Outre le président du Front populaire ivoirien (FPI, ex-majorité), les noms de deux autres personnalités que sont l’ancien ministre Charles Blé Goudé, et l’ancien président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, candidat déclaré, tous condamnés à 20 ans de prison par la justice ivoirienne, ne figurent pas sur la liste électorale.

C’est dans cette ambiance quelque peu surchauffée que les populations ivoiriennes attendent l’adresse à la nation, du chef de l’Etat ivoirien à la veille du 60è anniversaire de l’accession à la souveraineté de la Côte d’Ivoire, qui se célébré demain vendredi 7 août. L’occasion pourrait être saisie par Alassane Ouattara pour annoncer se déclarer candidat du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Une candidature, synonyme de la course à un troisième mandat, déjà très contesté par l’opposition. En tout cas, les signes avant-coureurs de l’acceptation de Alassane Ouattara à la «doléance» de ses partisans sont bien visibles. Les militants du RHDP sont appelés par exemple à se rassembler en divers endroits de la capitale, et sans doute à l’intérieur du pays, pour suivre en direct, «sur écran géant», la prestation de «prado». Une occasion de montrer une adhésion populaire spontanée, mais bien orchestrée, à l’annonce de Alassane Ouattara? Question à une boule d’attiéké, la spécialité culinaire ivoirienne à base de manioc.

Selon un confrère ivoirien, Alassane Ouattara, dans un geste d’apaisement pourrait également annoncer la libération-liberté provisoire?- de pros-Soro, au titre desquels des députés.  

Par Wakat Séra

 

Laisser un commentaire