Accueil A la une Côte d’Ivoire: qui a envouté le fauteuil de Premier ministre?

Côte d’Ivoire: qui a envouté le fauteuil de Premier ministre?

Le Premier ministre ivoirien, Patrick Achi (Ph. abidjan.net)

Le Premier ministre Patrick Achi, qui a quitté Abidjan dans la soirée du 10 mai, est interné à l’hôpital américain de Paris, à Neuilly-sur-Seine, depuis les premières heures du mardi 11 mai, pour cause de saignements intestinaux. Si l’information n’a été révélée, en réalité, que ce jeudi d’Ascension, c’est le 8 mai que le chef du gouvernement ivoirien a été victime d’un malaise et a été soigné pendant deux jours dans la capitale économique ivoirienne, avant de s’envoler pour la France. Si l’état de santé de Patrick Achi ne susciterai pas d’inquiétude au palais présidentiel, il n’en demeure pas moins que le précieux patient de l’hôpital français se retrouve comme dans un scénario écrit pour les trois derniers Premiers ministres de Alassane Dramane Ouattara. Amadou Gon Coulibaly (AGC) et Hamed Bakayoko, les prédécesseurs de Patrick Achi qui, malheureusement ne sont plus ce monde, avaient également effectué des séjours répétés sur les bords de la Seine, pour raisons de santé.

AGC, dans sa peau très convoitée de dauphin désigné par ADO et en position idéale pour cette succession n’a jamais pu passer l’épreuve des urnes, emporté, le 8 juillet 2020, par un arrêt cardiaque alors qu’il est revenu de soins et était dit prêt à reprendre sa place auprès de son mentor de président, pour aller à l’assaut des urnes sous la bannière du parti au pouvoir, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Son intérimaire puis successeur, HamBak, lui sera victime d’un «cancer foudroyant», le 10 mars dernier, et c’est dans la consternation totale que la dépouille d’«Etoile d’Etat» a été rapatriée de l’Allemagne ou l’enfant de Séguéla s’est éteint, et inhumée en terre ivoirienne.

Certes, on semble être encore loin de la fin des événements, tels que vécus par les Ivoiriens avec les disparitions tragiques de Amadou Gon Coulibaly et de Hamed Bakayoko, car le retour de Patrick Achi serait prévu pour ce week-end, le Gulfstream de la flotte présidentielle qui a transporté le PM, entouré de certains de ses proches, dont son épouse et son toubib personnel, serait toujours stationné à Paris. Preuve, peut-être que le mal pourrait être bénin. Sauf que la communication autour de la santé du Premier ministre, s’il elle n’a pas été défaillante, a, tout au moins, volé au ras des pâquerettes. Comme si la volonté était manifeste de cacher quelque chose aux Ivoiriens, et oubliant que le PM est un humain et peut tomber malade comme tout le monde, par le biais des réseaux sociaux et d’un organe de presse bien connu, traitant de l’actualité internationale mais surtout de la Côte d’Ivoire, on a voulu nier cette évacuation pour raison de santé.

Dès que Chris Yapi, le célèbre informateur sans visage, celui-là même qui «ne ment pas», ayant pour habitude de percer les affaires dites d’Etat en Côte d’Ivoire, et a, par ailleurs, levé le lièvre sur la gravité de l’état de santé des défunts Premiers ministres, a évoqué le départ de Patrick Achi, pour la France, des communicants zélés ou en mission sont sortis des bois. Le PM serait parti précipitamment en France pour signer des contrats dans le but de résorber la crise énergétique et les délestages auxquels fait face la Côte d’Ivoire, a affirmé, sur les réseaux sociaux, un certain Justice Konan dont le ton trahit sa proximité ou même son appartenance au pouvoir en place. Selon un organe de presse qui se dédiera par la suite, le Premier ministre est allé fêter l’Ascension avec ses proches à Paris. Pourquoi vouloir noyer le poisson dans l’eau alors qu’aucun être humain n’est à l’abri de la maladie? Certes, le gouvernement ne peut pas et ne doit pas communiquer sur tout mais ne doit pas non plus passer à côté de l’essentiel. Les populations ont bien le droit d’être au fait de la santé de leurs dirigeants. Même si des détails peuvent être occultés dans le cas de Patrick Achi, celui-ci étant une personnalité publique, et pas des moindres, il aurait fallu simplement, avant que rumeur et polémiques n’enflent, communiquer sur son séjour parisien pour des soins. L’omerta totale fait souvent plus mal que l’information, mais sous forme de fuites organisées.

Sauf que, le cas de la Côte d’Ivoire est devenu très particulier et même inquiétant, en ce qui concerne les maladies et morts subites, notamment des Premiers ministres de Alassane Dramane Ouattara.

Tout en souhaitant un prompt rétablissement à Patrick Achi, il faut reconnaître que le sujet est lancinant et angoissant: le fauteuil de Premier ministre est-il désormais envouté en Côte d’Ivoire?

Par Wakat Séra  

Laisser un commentaire