Accueil A la une Des motards béninois au Burkina: un voyage aux multiples péripéties

Des motards béninois au Burkina: un voyage aux multiples péripéties

"Les motards ne sont pas des voyous", le doyen du groupe des motards béninois, Faustin Allopui

Des clubs de motards béninois se sont réunis pour effectuer un voyage sur le Burkina dans l’optique de rendre visite à leurs amis motards burkinabè. Passionnés de la moto, ils ont effectué le trajet du Bénin au Burkina Faso, environ 1500 km sur leurs motos. Débuté le jeudi 17 juin 2021, le voyage a été marqué par un incident à la frontière du Togo, mésaventure que les motards béninois n’ont pas du tout appréciée. Le doyen du groupe, Faustin Allopui, tout en évoquant sa passion pour la moto, raconte dans les lignes qui suivent ce qui aura été pour lui et ses amis, un voyage au goût amer. 

Le club du Burkina Faso nous a fait tous les documents administratifs pour que nous puissions venir ici. Nous avons quitté Cotonou le jeudi 17 juin 2021 à 6h du matin et nous avons dormi à Porga, frontière Bénin-Burkina, pour ensuite nous lever et faire le reste du chemin. Nous avons traversé la frontière Bénin-Burkina, tout s’est bien passé. Il y avait trois différentes voies que nous pouvions choisir pour venir au Burkina Faso. Pour cela, nous devrions traverser le Togo et faire 120 km pour rentrer au Burkina. Comme la voie de Cinkansé, est bitumée, nous avons choisi de traverser par la frontière du Togo.

Nous avons eu beaucoup de déception de la part des Togolais, parce que quand nous sommes arrivés à la frontière togolaise, on nous a établi des laisser-passer à 70 000 FCFA, soit 7000 francs par moto. A notre grande surprise, ils viennent nous dire, par la suite, que nous ne pouvions pas traverser. Ils nous ont recommandé d’appeler notre ministre de l’Intérieur afin qu’il puisse envoyer une lettre à son collègue togolais avant qu’ils nous autorisent à traverser.

C’est un manque de respect à notre pays. Ce que moi je n’ai pas apprécié. Ils nous ont fait perdre notre temps pour finalement nous signifier que leur chef d’Etat-major venait à la frontière, et que par conséquent nous ne devions plus nous trouver sur leur territoire. Et ils nous ont ordonné de dégager.

Nous avons été obligés de chercher une autre route pour pouvoir rejoindre le Burkina. Franchement, je ne peux pas vous mentir, nous nous sommes vraiment perdus dans la nature, dans la brousse. J’envoie ce message pour que les Togolais sachent qu’ils ne sont pas un pays sans le Bénin, sans le Burkina. Leur Administration doit revoir sa copie, parce qu’ils nous manquent de respect. Quelqu’un ne peut pas se déplacer avec les documents administratifs d’invitation dans les normes et on va lui refuser de traverser la frontière sous prétexte qu’on n’a pas les documents du Togo. Si quelque chose nous était arrivé, alors que nous étions perdu dans la nature, c’aurait été leur faute, parce qu’ils savent que le Burkina est instable actuellement en matière de sécurité.

J’envoie ce cri du cœur pour que les Togolais sachent que les motards ne sont pas des voyous. Parmi nous il y a des chefs d’entreprises, des directeurs, des docteurs, donc ils doivent respecter les motards. Fort heureusement, nous sommes venus au Burkina, et avons été accueillis avec tous les honneurs, par nos amis burkinabè.

La passion pour la moto

Je suis motard dans l’âme et dans l’esprit. Ma passion, c’est la moto. Nous avons choisi d’utiliser nos motos pour faire le voyage parce que nous sommes des passionnés des deux roues. Et ça se vit. Si je prends une voiture pour venir ici, ça veut dire que je ne suis plus passionné.

Je suis un motard, donc se mettre sur deux roues pour faire le voyage, pour moi c’est l’idéal. Malgré toutes les péripéties du voyage, on est quand même là au Burkina, et ça c’est la vie d’un motard, il ne se décourage jamais et cherche à toujours pousser ses limites.

Témoignage recueilli par Siaka CISSE (Stagiaire)

Laisser un commentaire