Accueil Communiqué de presse Discours de Roch Kaboré: le président du Faso «a raté l’objectif de...

Discours de Roch Kaboré: le président du Faso «a raté l’objectif de sa communication»

Ablassé Ouédraogo, candidat à la présidentielle de 2020 au Burkina

Le président du parti Le Faso Autrement, Dr Ablassé Ouédraogo, dans une déclaration transmise à Wakat Séra le samedi 27 novembre 2021, a signifié que le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, «a raté l’objectif de sa communication en s’adressant à son peuple à 23h30 GMT».

Réaction du parti le Faso Autrement au discours du président du Faso Roch Kaboré du 25 novembre 2021

Le Président Roch KABORE a raté l’objectif de sa communication en s’adressant à son peuple à 23h30 GMT, au moment où tout le monde aspire au repos et au sommeil.

Le Président Roch KABORE s’est présenté dans une posture de Chef d’Etat d’un régime qui a manifestement des difficultés à trouver des repères rassurants.

Les mesures qu’il a préconisées sont à saluer même si elles interviennent sur le tard et l’exposent plus que tout autre chose.

Nous constatons que le Burkina Faso se trouve aujourd’hui dans une situation très volatile dans laquelle face à un pouvoir qui donne l’impression d’être aux abois et un Chef de file de l’Opposition perçu dans l’opinion comme moribond et conciliant, la population n’a d’autres choix que de se prendre en charge et d’exprimer tout son désarroi, ses frustrations et sa colère devant cette situation chaotique, en appelant au changement.

Nous osons espérer que les appels à l’apaisement seront entendus et que le Président KABORE saura prendre concrètement les décisions idoines avec le gouvernement resserré et soudé qu’il a annoncé afin de sortir le pays de la crise. Nous avons besoin d’un gouvernement de combat en gardant à l’esprit cet adage qui dit qu’ : « aux grands maux, les grands remèdes ».

Demeurant républicains, toutes les filles et tous les fils du Burkina Faso devraient travailler ensemble pour redresser la barre et imposer une nouvelle dynamique en vue de changer la gouvernance politique, la gouvernance sécuritaire et la gouvernance économique immédiatement pour répondre aux aspirations légitimes des populations à vivre ensemble dans la paix, la stabilité, la sécurité, et la prospérité.

Toute chose qui, égale par ailleurs, conduira à la réalisation de la réconciliation nationale, de l’unité nationale, de la cohésion sociale, toutes des conditions sine qua non pour relever tous les défis et préserver notre bien commun le Burkina Faso.

Dieu aime le Burkina Faso !

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

Dr Ablassé OUEDRAOGO

Commandeur de l’Ordre National

Laisser un commentaire