Accueil Opinion Droits de l’homme: la FIFA échappera-t-elle à ses obligations?

Droits de l’homme: la FIFA échappera-t-elle à ses obligations?

502
0
Président de la FIFA

Ceci est une lettre ouverte de l’internationale des travailleurs du bâtiment et du Bois adressée au président de la FIFA à propos de l’ouverture de la Coupe du Monde Qatar 2022 aux pays voisins.

« Monsieur le Président Infantino,

Nous croyons comprendre que la FIFA envisage d’étendre l’organisation de la Coupe du Monde de la FIFA, Qatar 2022, aux pays voisins de la région du Golfe; Arabie saoudite, Bahreïn, Émirats arabes unis, Koweït et Oman.

Comme vous le savez, l’Internationale des Travailleurs du Bâtiment et du Bois (IBB) représente les travailleurs de l’industrie de la construction dans le monde entier. Dans les futurs pays co-hôtes, la communauté internationale est largement consciente des violations quotidiennes du droit du travail et des droits de l’homme des travailleurs migrants de la construction. Le système de la kafala reste en grande partie intact et il existe des conditions de travail et de vie dangereuses, insalubres et insalubres.

Au fil de nombreuses années de travail et de coopération de la part de syndicats mondiaux, notamment de l’IBB et d’autres organisations internationales telles que l’OIT, les droits et les conditions se sont considérablement améliorés au Qatar, mais ce n’est pas le cas dans les pays voisins. Ils sont loin de respecter les normes de droits de l’homme qui devraient s’appliquer aux pays d’accueil.

Les tournois de la Coupe du monde de football sont généralement attribués par la FIFA six à huit ans avant le tournoi et sont basés sur des documents de candidature. Dans le cas du Qatar, le temps était encore plus long, 12 ans, avec une décision prise en décembre 2010 pour une Coupe du monde qui ne devait avoir lieu qu’en 2022.

La perspective d’élargir les co-hôtes au dernier moment aux pays voyous des droits de l’homme est choquante et déplorable. Les règles de la FIFA seraient utilisées pour échapper à l’esprit des réformes de la FIFA en matière de droits de l’homme et inviter à un large éventail de risques pour les droits de l’homme.

Ces risques, en plus de la violation systématique des droits des travailleurs évoquée plus haut, pourraient inclure l’interdiction ou l’arrestation de journalistes ou même l’égorgement, l’interdiction, la séparation ou le harcèlement de femmes, et l’attaque de personnes LGBTQI.

La FIFA a réalisé des progrès considérables ces dernières années en tenant compte des droits de l’homme. Il a commandé au professeur John Ruggie un rapport indépendant sur les droits de l’homme intitulé «Pour le jeu, pour le monde», qui contenait 25 recommandations concernant tous les aspects des activités de la FIFA ayant un impact sur les droits de l’homme. À votre crédit, ces recommandations ont influencé les statuts, les politiques, les règles et les procédures de la FIFA.

La FIFA a également créé un petit comité consultatif indépendant sur les droits de l’homme. Ce conseil a fait un excellent travail, rédigé plusieurs rapports et engagé de manière productive avec le Secrétariat de la FIFA et les instances dirigeantes sur des questions fondamentales relatives aux droits de l’homme afin de fournir des conseils et une orientation. Bien que de nouvelles dispositions spécifiques relatives aux enchères ne puissent techniquement pas être appliquées rétroactivement avant la Coupe du Monde FIFA 2026, les Jeux 2018 et 2022 ayant déjà été attribués, la FIFA a néanmoins joué un rôle positif, bien que trop limité, dans la promotion des droits de l’homme dans la perspective des jeux de Russie.

Il a soutenu les progrès réalisés en matière de droits de l’homme au Qatar, notamment en ce qui concerne le respect des droits des travailleurs et des droits de l’homme des travailleurs migrants.

Une prolifération soudaine de pays hôtes sans diligence raisonnable et sans aucun examen sérieux de la politique et des pratiques des pays en matière de droits de l’homme et de droit du travail renoncerait à cet engagement tout en se cachant derrière le vase d’un argument technique. Si le Congrès de la FIFA reçoit et approuve une telle proposition le 5 juin, il trahira l’essence de sa propre politique en matière de droits de l’homme.

En conclusion de “Pour le jeu ; Pour le monde ”, le professeur Ruggie a écrit :

« L’enjeu fondamental pour la FIFA consiste maintenant à aller au-delà de la simple rédaction de mots et de l’ajout de nouvelles fonctions administratives. Ce qu’il faut, c’est un changement culturel qui doit affecter tout ce que la FIFA fait et comment elle le fait. Le résultat doit être une bonne gouvernance, pas simplement

« Bonne gouvernance ».

Une décision d’accélérer l’élargissement des pays hôtes ne constituerait ni une gouvernance bonne ni belle. En tant que Président de la FIFA, nous vous appelons à examiner de plus près les risques dangereux pour les droits de l’homme dans les pays considérés et à mettre un terme à l’initiative visant à élargir les Jeux de la Coupe du monde de la FIFA 2022. Faute de quoi, nous exhortons le Congrès à respecter l’essence même de la politique de la FIFA en matière de droits de l’homme et à rejeter toute proposition d’élargissement du pays hôte aux Jeux de la Coupe du monde de la FIFA 2022.

Merci pour votre considération.

Cordialement

Ambet Yuson                                                         Dietmar Schaefers
Secrétaire Général                        Vice-Président  et Président du Groupe

                                                                                de travail Sport et Travail

Laisser un commentaire