Accueil A la une Elections 2020 au Burkina : la majorité présidentielle appelle l’opposition à l’apaisement

Elections 2020 au Burkina : la majorité présidentielle appelle l’opposition à l’apaisement

L’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle (APMP), a invité, ce mardi 24 novembre 2020, face à la presse à Ouagadougou, les candidats de l’opposition « à l’apaisement et surtout à poursuivre l’esprit de concertation et de consensus qui a jusque-là prévalu ».

A la suite du scrutin du 22 novembre 2020, entrant dans le cadre de la présidentielle et des législatives au Burkina Faso, des candidats de l’opposition ont fait des sorties pour dénoncer des manquements dans le processus et évoquer des cas de fraudes, alors que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) procédait à la délibération des résultats commune par commune.

Les partis de la majorité présidentielle qui disent déplorer cet « incident », ont, dans une déclaration lue ce mardi 24 novembre 2020 par Me Bénéwendé Sankara membre de ladite alliance face à la presse, invité les candidats de l’opposition « à l’apaisement et surtout à poursuivre l’esprit de concertation et de consensus qui a jusque-là prévalu » et au « respect des résultats des urnes sans lequel toute élection n’a de sens ».

Elections 2020 au Burkina: l’opposition dénonce des manquements et conteste les premiers résultats

L’APMP qui considère que « les insuffisances et failles qui ont émaillé le déroulement du scrutin ne sauraient refléter une quelconque volonté de porter atteinte à la sincérité du scrutin », a, par ailleurs, invité tous les partis et candidats à « recourir aux structures appropriées, notamment les juridictions compétentes, pour l’examen de leurs récriminations, y compris celle à l’endroit d’autres partis ».

L’Alliance des partis et formations politiques de la majorité présidentielle a, également, demandé à la Ceni de « faire diligence dans la prise en compte du comptage manuel des résultats du scrutin, conformément aux dispositions du Code électorale révisé ».

Elle « réitère sa volonté de contribuer à tout dialogue visant une bonne finalisation du processus engagé et réaffirme son ferme engagement et sa détermination à œuvrer, de concert avec tous les acteurs, au respect du verdict des urnes et de la légalité républicaine », a conclu Me Sankara.

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire