Accueil Société Enseignements: un groupe installé pour réfléchir sur l’intégration des bénéficiaires du PEJEN

Enseignements: un groupe installé pour réfléchir sur l’intégration des bénéficiaires du PEJEN

585
0
Une vue du groupe de réflexion pour l'intégration des PEJEN

Le ministre burkinabè de l’Education nationale, de l’Alphabétisation et de la Promotion des Langues nationales (MENAPLN), Pr Stanislas Ouaro, a installé ce lundi 19 août 2019 à Ouagadougou, le groupe de travail chargé de produire les documents relatifs à l’organisation d’un concours direct de recrutement sur mesures nouvelles spéciales, des bénéficiaires du Programme « Emplois-Jeunes pour l’Education nationale » en abrégé PEJEN. Ce groupe regroupant tous les ministères concernés par ce recrutement devra produire son travail dans dix jours, a exhorté le ministre Ouaro.

Au début du mandat de Roch Marc Christian Kaboré, soit début janvier 2016, le pouvoir du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) avait élaboré un programme en vue d’offrir des opportunités d’emploi à la jeunesse tout en palliant le manque criard d’enseignants constaté au niveau de l’enseignement post-primaire. A ce titre, selon le ministre Stanislas Ouaro, trois recrutements ont été déjà effectués sur les trois ans et « environ 4 195 bénéficiaires contractuels assurant des tâches d’enseignement, sont sur le terrain dans les 45 provinces du Burkina Faso à la date d’aujourd’hui ».

Ainsi, pour satisfaire le volet emploi de la jeunesse, l’une des dispositions du PEJEN stipule qu’après avoir accompli les trois années scolaires effectives d’enseignement dans le cadre de ce programme, les bénéficiaires pourront participer au recrutement de professeurs des Collèges d’enseignement général où des lycées et collèges s’il y a lieu. Les concernés par ce recrutement « devront subir par conséquent un concours direct spécifique ouvert à leur profit et dont le nombre de postes à pourvoir est précisé par le ministère en charge de la Fonction publique à l’ouverture dudit concours », a signifié M. Ouaro.

Une vue du groupe de réflexion pour l’intégration des PEJEN

« Le bénéficiaire qui échoue une fois au concours d’intégration pourrait le refaire l’année suivante tant que son âge (40 ans au maximum) lui permet et si le concours est organisé », a-t-il continué en précisant que dans ce cas de situation, « il (bénéficiaire) ne dépend plus du programme ». Et, c’est donc pour réaliser cet engagement du gouvernement que le MENAPLAN gestionnaire du PEJEN, met en place ce groupe de travail afin d’élaborer lesdits documents nécessaires à l’organisation du concours qui permettra d’intégrer les lauréats dans la Fonction publique.

De façon spécifique, il s’agira, a souligné Pr Stanislas Ouaro, de « déterminer le budget prévisionnel de l’organisation du concours, élaborer un projet de communiqué qui précisera entre autres le nombre de postes à pourvoir, produire sur l’impact salarial des agents à recruter et proposer un projet de rapport en Conseil des ministres ».

A la date d’aujourd’hui, pour la première promotion, « il y a 1 520 jeunes qui sont restés dans le programme et qui ont droit à participer à ce concours », a indiqué le ministre en charge de l’Education nationale, souhaitant organiser ce concours « avant la fin du mois de septembre ». Ce concours ne concerne que ceux qui ont fait les trois ans, a-t-il précisé.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire