Accueil Culture Fespaco: «Les trois lascars» à la conquête de l’or de Yennenga

Fespaco: «Les trois lascars» à la conquête de l’or de Yennenga

«Les trois lascars» du réalisateur burkinabè Boubacar Diallo, en compétition pour l’Etalon d’or de Yennenga à la 27e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), est dans les salles de ciné. Le lundi 18 octobre 2021, dans la matinée, ce film programmé dans plusieurs salles de ciné, a été présenté, à la presse.  

«Les trois lascars» est un film de 90 minutes qui traite de questions d’infidélité.  «C’est une satire, un portrait de notre société qui dépeint un peu nos us avec humour et cherche de petits liens traditionnels pour montrer comment on dénoue les crises par l’humour et démontrer qui nous sommes surtout dans ces moments très agités, très préoccupants de crise de Covid-19, de crise sécuritaire. On a tous besoin d’une bouffée d’oxygène», a fait savoir le réalisateur Boubacar Diallo.

Le film, selon M. Diallo, a été tourné en «six semaines avec quatre semaines de préparation». Commencé fin octobre 2020, le réalisateur dit avoir «profité du report du Fespaco pour avoir plus de temps pour la poste production à Paris avec un casting» qui s’est passé à moitié au Burkina et à moitié en Côte d’Ivoire. «Ce film est le fruit d’une coproduction entre les Films du dromadaire à Ouagadougou, les Films d’Avalon à Paris et Allemand production à Abidjan», a-t-il déclaré.

Boubacar Diallo

En compétition pour l’Etalon d’or de Yennenga, Aboubacar Diallo, espère que son film retiendra l’attention du jury. «Comme toute compétition, on vient dans l’espoir de gagner. Maintenant il appartient au jury de donner son appréciation», a affirmé M. Diallo.

En 2009 Aboubacar Diallo a eu le prix de l’Union européenne au Fespaco. Il a aussi remporté l’Ecran d’Or avec le film Julie et Roméo en 2012 au festival Ecrans noirs à Yaoundé.

Mais, selon le réalisateur, l’essentiel c’est de participer aux compétitions et de faire voir ses films. «Les films sont faits pour être vus par le grand public et le Fespaco est un tremplin, une vitrine», a-t-il dit, soutenant que c’est également, «au-delàs du palmarès, un moment de rencontre, de discussion, de lier des contacts pour des coproductions, des partenariats».

Pour cette année, sur 1 132 films, ce sont 239 qui ont été sélectionnés dont le film de Boubacar Diallo. Ces œuvres représentent une cinquantaine de pays. Dix-sept longs métrages de 15 pays sont en lice pour l’Etalon d’or de Yennenga

Par Daouda ZONGO

Laisser un commentaire