Accueil Culture Front anti-françafrique: «L’Afrique libre, ou la mort», le livre de Kémi Séba...

Front anti-françafrique: «L’Afrique libre, ou la mort», le livre de Kémi Séba présenté comme «boussole»

Kémi Séba, activiste politique

L’activiste politique franco-béninois, Kémi Séba, considéré comme la figure du radicalisme noir et du panafricanisme contemporain, a présenté ce mercredi 22 août 2018 à Ouagadougou son ouvrage intitulé «L’Afrique libre, ou la mort», un livre présenté comme une «boussole» pour les générations futures et actuelles qui luttent contre la françafrique, une politique qui maintiendrait le continent africain dans la misère et le sous-développement.

« Ce livre est présenté en réalité comme une boussole pour les prochaines générations et celles actuelles pour qu’elles puissent savoir où nous en sommes et où nous allons », a indiqué le président de l’ONG Urgences panafricanistes. «L’Afrique libre, ou la mort est un travail de notre engagement politique, un combat initié par le biais de l’ONG Urgence panafricaniste, et qui visait à lutter contre le néocolonialisme de manière générale et non, contrairement à ce que certains médias français ont voulu faire croire, uniquement contre la monnaie », a précisé Kémi Séba.

Le premier responsable d’Urgence panafricaniste estime que l’Afrique est dans «une dynamique globale où nous partons dans le principe que le franc CFA est le bras armé monétaire d’un appareil beaucoup général qui en réalité est en train d’asphyxier nos populations depuis la fin des indépendances ».  L’ex-président burkinabè, fondateur de la Révolution d’août 1983, Thomas Isidore Sankara, « notre glorieux aîné a mené ce combat là au péril de sa vie et nous pensons que la meilleure façon de l’honorer », c’est d’achever son noble combat, a-t-il pour poursuivi.

« Dans l’ouvrage nous rappelons que les différents aspects de ce combat contre le néocolonialisme doivent nous pousser à être dans une démarche de justice sociale pour nos populations qui sont les plus précarisées alors que nous sommes dans une terre immensément riche », a-t-il déclaré, faisant observer que « c’est un combat contre la mal-gouvernance parce qu’il ne peut pas y avoir d’autodétermination si nous sommes dirigés par des corrompus. C’est un combat contre la prédation, la spoliation, de notre élite exogène française mais occidentale de façon générale, vis-à-vis de nos populations ».

Mais nous sommes venus rappeler que nous aussi sommes capables de nous constituer en ONG et de mener le combat pour notre souveraineté. C’est la synthèse de l’ouvrage et les perspectives sont claires. Nous allons faire en sorte de soutenir les différentes élites africaines qui sont dans une démarche d’autodétermination.

L’ONG urgence panafricaniste a été créée en vue de mettre sur la table la problématique de la souveraineté africaine au 21è siècle. Cette organisation est financée par des leaders africains de tous les secteurs d’activités qui croient en un lendemain meilleur pour le continent africain, à en croire ses responsables.

Par Bernard BOUGOUM

Laisser un commentaire